Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 janvier 2014

Idée n°33 : Un méthaniseur ... et pourquoi pas ?

logo j aime crolles - petit.jpg Un méthaniseur  à Crolles, idée très réaliste.

 

Dans votre composteur, vous produisez du méthane par fermentation des déchets verts apportés.

Ce gaz, voisin du gaz de ville ou en bouteille a un pouvoir calorifique très important. Par combustion, il dégage  beaucoup de chaleur.

Il est facile de récupérer ce gaz en grande quantité dans une installation industrielle.

Des apports fermentescibles  se trouvent en grande quantité sur notre commune et dans les alentours.

Ces apports peuvent être du fumier, lisier, tonte de pelouse, feuilles, résidus de cantine, de brasserie, résidus de commerce fruits et légumes.

Le méthane produit peut être revendu à GrDF ou alimenter un moteur thermique pour faire tourner un alternateur et revendre le courant électrique.

IMG_3552_800x600_320x200_-df314.jpgSur le site du lycée agricole de la La Motte-Servolex (http://reinach.fr/portailepl/-le-methaniseur-.html), vous trouverez toutes les données chiffrées de leur installation, amortie en 8 ans, qui tourne à la perfection !!!!!

Elle tourne avec 3000 tonnes d'apport. La déchetterie de Crolles collecte environ 7 000 tonnes de déchets !!!!, plus les fumiers, plus les lisiers, plus les résidus de cantine, plus, plus .....

Le projet est réellement possible à Crolles.

Relevons le défi qui est en parfaite concordance avec nos objectifs nationaux :

  • valoriser nos déchets locaux,
  • produire de l'énergie verte,
  • limiter la production de CO2, créer quelques emplois,
  • éviter que du méthane s'échappe dans la nature, gaz à très  fort pouvoir d'effet de serre,
  • participer au retard de notre pays dans cette technologie très bien maitrisée.

En France, il y a, en gros, 100 installations, en Allemagne 7 000  !!!!!!

Une visite du méthaniseur du lycée agricole est ouverte au public le Samedi 15 Février de 9H à 17H.

C'est même gratuit.  Vous jugerez par vous-mêmes de la pertinence de cette réalisation opérationnelle.

JP Chollet

12 janvier 2014

Idée n°23 : transformer ici des productions agricoles industrielles

Oseriez vous demander à un aluminier de la vallée qu'il transforme ses laminoirs en éolienne ?

Non bien sûr ! Ce serait ... crétin en termes de savoir-faire, de rentabilité de l'investissement industriel non encore amorti, d'utilisation optimisée des ressources locales en énergie, en eau et en vent ici absent ! Les conséquences sociales -notamment en termes d'emplois- et économiques seraient catastrophiques. 

Il est donc tout aussi aberrant d'espérer la transformation complète de l'exploitation agricole de la vallée en système de production extensive d'aliments bio vendus directement aux consommateurs locaux : ni les qualités agronomiques du secteur, ni la structure économique des exploitations agricoles ni même le marché local ne s'y prêtent.

Au contraire, comme toute activité économique créatrice de richesse et d'emploi, l'agriculture mérite qu'on la soutienne au moins au même niveau que l'industrie du silicium, peut-être même plus car elle, du moins, n'est pas délocalisable.

Une voie de soutien d'intérêt collectif réside dans l'élargissement de ses débouchés.

1212313589.3.jpgJe propose donc que la collectivité investisse dans une installation locale de transformation de produits agricoles qui ne seront pas nécessairement consommés sur place.

Les cultures dites industrielles (colza, soja, maïs-amidon par exemple, pour élaborer des matières premières de l'industrie agro-alimentaire...ou chanvre et lin pour l'industrie du bâtiment) peuvent se développer et créer des emplois en usine locale.

Je propose même que soit appliquée une règle simple : si 70 emplois doivent être créés, soit un centième à peu près de ce qu'on nous rapporte du site ST, qu'un pour cent seulement des sommes qui ont été versées* pour les projets Crolles II et III soit investi dans ce projet d'envergure régionale !

Pour le chanvre par exemple, culture non vivrière intensive et sans pesticide, à haute valeur environnementale en regard de ses débouchés dans la construction, force est de constater qu'il ne se développe qu'autour des usines de transformation :

chanvre-carte-P.gif

carte-transformation-chanvre.gif

 

 

 

(source : lien)

 

De l'oeuf et de la poule, qui fut le premier ?

N'attendons pas que des agriculteurs dont ce n'est pas le métier prennent l'initiative de créer une telle installation...

Imaginons ensemble comment, dans une vraie démarche collective, non seulement maintenir mais surtout développer l'activité économique agricole pour créer des emplois nouveaux dans les filières avales et locales.

*pour le seul projet Crolles III, 700 millions d'euros de subventions publiques sont prévues sans contrepartie de création ni même de maintien d'emplois.

Emmanuel Wormser


10 janvier 2014

Idée n°22 : favoriser l'initiative entrepreneuriale individuelle



Après des années de soutien aux très grandes entreprises sans engagement de réciprocité à moyen terme -ni même à court terme!-, je propose que soit désormais favorisée la micro-entreprise individuelle : insérées dans le tissu local et susceptibles de grandir sur place, les initiatives individuelles -d'artisans, de commerçants, de professions libérales- sont pérennes et peu délocalisables hors du territoire du Grésivaudan.

Structurant aussi l'économie locale, peu gourmandes en infrastructures communes (réseaux d'eau, énergie, routes...), ces activités souvent individuelles sont la preuve du dynamisme des habitants.

1212313589.3.jpgUne mesure simple ? Niveler par le bas en l'unifiant la "valeur plancher" de la cotisation foncière imposée aux entreprises réalisant moins de 100 000 euros par an.

Cette idée a déjà été formulée l'an dernier dans notre blog : à l'époque, la communauté de communes n'en avait pas mesuré l'intérêt .

Elle a cette année jusqu'au 21 janvier prochain pour décider collectivement d'unifier les montants qu'elle perçoit et qui étaient encore en 2013 ceux fixés par les communes avant même qu'elle en devienne bénéficiaire... et d'apporter un soutien explicite aux petits entrepreneurs par la prise en charge au moins partielle du montant exigé.

Une telle démarche est d'autant plus utile que la loi de finances 2014 votée par nos parlementaires a supprimé l'exonération dont profitaient les auto-entrepreneurs les deux premières années suivant la création de leur entreprise mais aussi créé des règles de progressivité améliorée permettant, si l'on en décide localement, de mieux prendre en compte la capacité des petites structures.

A Amiens, les élus l'ont compris et en ont même fait un argument électoral : l'année des municipales, c'est normal, non ?

Encore faut il, évidemment, s'intéresser au sujet pour qu'après les beaux discours, les volontés affichées se traduisent effectivement dans une politique fiscale cohérente, sans attendre nécessairement qu'un bureau d'étude ne vienne ré-inventer l'eau tiède...


Emmanuel Wormser

04 janvier 2014

Idée n° 21 : Elargir les horaires d'ouverture de la déchetterie

Idée n° 21 : élargir les horaires d’ouverture de la déchetterie

logo_gresiom_rvb_web gestion déchets.jpgLa collecte et la gestion des déchets est une compétence de la communauté de communes. Toutes les informations sont disponibles sur www.le-gresivaudan.fr/-Dechets-menagers,340-

Crolles bénéficie d’une déchetterie bien placée, facilement accessible, gérée par du personnel toujours prêt à donner un renseignement utile.

La déchetterie est ouverte au public tous les jours, y compris dimanches et fêtes (exceptés les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre) de 8 h 30 à 17 h 45.

Mais voilà, il y a un hic. Certains jours, en particulier certains week-ends, la déchetterie est saturée. Et pour les habitants qui sont contraints par leurs horaires de travail, une ouverture à 8 h 30, c’est trop tard, et 17 h 45, c’est trop tôt.

La communauté de communes envisage de déménager la déchetterie pour l’agrandir.

Pourtant, n’importe quel industriel vous le dira, avant d’agrandir une usine, il est bien plus économique d’augmenter les horaires de production. C’est pareil pour la déchetterie : le plus économique pour la collectivité, le plus utile pour les habitants serait d’élargir les horaires d’ouverture.

logo j aime crolles - petit.jpgProposition : ouverture de 8 h à 19 h (18 h en hiver).

Une heure et demi de plus par jour, c’est considérable, cela permettra de dé-saturer la déchetterie, en particulier au printemps et en été, et d’économiser ainsi un déménagement estimé à 3,7 M€ en janvier 2012.

Quel serait le surcout ? Estimation : 20 € de l’heure (charges incluses) x 2 heures de plus par jour x 2 personnes (pas de travail isolé) x 362 jours = environ 30 k€ / an, soit 100 fois moins que le déménagement envisagé. 

Pourquoi ne pas élargir encore plus, par exemple jusqu’à 20 ou 21 h l’été ? Car il faut savoir se limiter ! Entre 19 h et 21 h, on entre dans des horaires de travail atypiques qui sont pénalisants pour l’équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle. De plus, les trajets vers la déchetterie sont une source de nuisance (trafic automobile) qu’il faut éviter le soir. D’ailleurs, selon la réglementation du bruit, l’usage des tondeuses, taille-haie, motoculteurs, etc., est interdit après 19 h 30 en jours ouvrables, après 19 h le samedi et après 12 h le dimanche. C’est pourquoi une ouverture de la déchetterie jusqu’à 19 h serait un bon optimum collectif.

Les horaires d’ouverture de la déchetterie, c’est un micro sujet que l’on peut trouver anecdotique. Pourtant, quand on le rapproche du projet de déménagement, on voit que l’enjeu dépasse les 3 M€. Partir du quotidien peut conduire à des dossiers majeurs pour la commune.

Francis Odier, 4 janvier 2014

En complément sur la déchetterie : www.lecrollois.fr/archive/2012/07/04/la-dechetterie-qui-avait-la-rage.html

L'idée en pdf : Idée économique - élargir les horaires d'ouverture de la déchetterie.pdf

20 novembre 2013

Lettre ouverte aux élus de Bernin et de Crolles

Lettre ouverte.jpg

Lire la suite

12 octobre 2013

Casino : Crolles a perdu sa mise au poker

Dans un article précédent, j'avais décrit la partie de poker qu'avait engagée la commune de Crolles dans le projet d'agrandissement de Casino

Le gong a retenti, la partie est terminée, les masques tombent, les crollois ont perdu.

pc casino.jpg


Lire la suite

31 août 2013

Nano 2017 - Un programme public - privé - enjolivé

Avec le programme Nano 2017, officialisé le 22 juillet dernier à Crolles, l’Etat soutient vigoureusement l’industrie microélectronique. Il faut s’en réjouir pour la vitalité grenobloise. Hélas, les données précises concernant ce programme restent confidentielles ou fragmentaires, en particulier pour ce qui concerne la destination et l’affectation des fonds.

Dans le silence des subventions, nos politiques nous inondent de discours aussi lénifiants qu’imprécis, chacun tirant la couverture à lui … et notre cher maire n’est pas le dernier dans cet exercice de confusion.

ST - 31 aout 2013 - photo Sylvain.jpg

Lire la suite

05 avril 2013

Au tennis, Crolles et Bernin sont à l'unisson

Je m’en souviens comme si c’était hier. Roland-Garros, juin 1983. Fantastique. Yannick Noah, notre champion ! Aussitôt, l’engouement populaire pour le tennis explose. Tous les villages de France veulent avoir leur court de tennis.

30 ans se passent. De l’eau a coulé sous le pont de Craponoz qui unit les villages de Bernin et de Crolles … Le tennis est devenu, après le football, le sport qui rassemble le plus de licenciés. Et voilà que nos élus envisagent de construire des tennis couverts, un investissement qui dépasserait vite le million d’euros.

Noah en 1983.pngLe tennis est un sport magnifique, ouvert à tous les âges, praticable en amateur occasionnel ou en compétition, en individuel ou en club. Il est une invitation au dialogue, à l’échange, le jeu se faisant avec le partenaire et pas seulement contre.

Mais est-ce une raison pour en faire une activité d’intérieur, consommatrice d’énergie, coupée de la nature, dispendieuse de deniers publics qui seraient si précieux pour le redressement industriel ou la cohésion sociale ?

Le Crollois a enquêté et publie les éléments clefs du dossier. Chacun pourra apprécier s’il s’agit d’une opération justifiée par le bien commun.

Lire la suite

25 février 2013

Fiscalité locale : les micro-entreprises, grandes oubliées du Grésivaudan ?


La Communauté de communes soutient les grandes entreprises qui s'installent sur son territoire : c'est normal, c'est sa vocation. Mais aurait-elle oublié que des micro-entreprises, elles aussi présentes dans le Grésivaudan, méritent aussi, surtout par les temps qui courent, une attention particulière ?

La politique -ou son absence- engagée en matière de CFE plancher pourrait le laisser craindre, surtout si le budget qui sera prochainement voté ne modifie pas la situation.

Lire la suite

19 décembre 2012

Le conte du Noël de Crolles

66pk3zrx.jpg

Pas d'ogre ni de méchante fée au menu de Noël, juste un conte plein de bonne humeur et d'espérance... à Crolles

Lire la suite