Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 avril 2022

Pourquoi je ne signerai pas la pétition pour la gratuité de l'autoroute ...

CaptureTD.JPG

L'incendie du pont de Brignoud, qui a fait les honneurs de la presse nationale cette semaine, est un acte très condamnable s'il est effectivement volontaire : c'est notre bien commun qui a été endommagé.  Mais cet incident a de nombreux mérites et peut nous conduire à penser autrement.

Ce n'est manifestement pas la voie qu'ont choisie les promoteurs d'une pétition que la mairie de Crolles, toujours au top de la défense de la circulation automobile, promeut sur la page d'accueil de son site web.

 

La pétition confirme en effet une double-évidence dont certains occultent volontairement la seconde branche :

  • les automobilistes quittent l'autoroute là où elle devient payante,
  • mais ils refusent de subir les bouchons créés sur les routes historiques qui longent la vallée de part et d'autre de l'Isère puisque celles-ci n'ont pas la capacité d'accueillir, entre Brignoud et Grenoble ou Crolles et Grenoble, le flux automobile qui se concentrait auparavant sur l'autoroute.

Autrement dit, si l'autoroute était payante entre Crolles et Grenoble (jusqu'au carrefour de la Carronerie par exemple), les automobilistes qui ne s'arrêtent pas à Crolles ou Brignoud :

  • n'emprunteraient pas les routes historiques en raison des bouchons insupportables qu'ils y rencontreraient
  • et resteraient sur l'autoroute jusqu'à leur destination, le Touvet, Goncelin, Pontcharra ou Barraux, la barrière de péage étant déjà loin derrière eux...

Ils emprunteraient d'autant plus l'autoroute que son coût pourrait être moins élevé puisque le nombre d'usagers payants augmenterait considérablement entre Crolles/Brignoud et Grenoble.

D'autres prendraient sans doute le train ou le bus qu'on pourrait leur proposer à très haut cadencement...et à des prix ridicules.

 

A ce raisonnement d'une simplicité éclatante, nos zélés zélus répondent par une solution démagogique qu'il faut bien rattacher au monde d'avant :

  • utilisons les deniers publics pour allonger la voie autoroutière sans péage qui n'est gratuite qu'en apparence,
  • favorisons la voiture individuelle en diminuant son cout objectif,
  • n'augmentons pas la densité de transports en communs,
  • n'en profitons pas pour penser autrement nos déplacements.

Le pompon de la pomponnette est indéniablement atteint dans le vieux village de Crolles : alors que des tests laborieux sont engagés depuis deux ans pour créer un alternat de circulation permettant aux piétons et aux cycles de ne pas subir la double circulation des poids lourds, les feux sont subitement passés à l'orange !

Le message est clair : "quand les voitures ont du mal à passer, les circulations douces peuvent crever".

 

Alors non, décidément non, je ne signerai pas cette pétition d'un autre âge : mes enfants me le reprocheraient bien trop longtemps !

E.Wormser, le 9 avril 2022

Commentaires

Bien d’accord ! Pétition non signée…on marche sur la tête !

Écrit par : Greffe | 09 avril 2022

Répondre à ce commentaire

Gouverner c'est prévoir parait-il. On peut s'interroger sur la facilité avec laquelle il a été possible d'incendier des lignes électriques d'une telle importance avec une aussi grande facilité. Et pourquoi avoir découpé EDF en petits morceaux ?

Maintenant nous avons un problème : la circulation. Le problème va surtout se poser pour tous ceux qui doivent continuer à utiliser quotidiennement leur voiture pour travailler.
Il y a de cela une quarantaine d'années j'avais participé avec Paul JARGOT à l'action pour la gratuité de l'autoroute. J'étais concerné, je travaillais sur le campus et l'utilisation de ma voiture était indispensable.

Les temps et les consciences ont changé mais les politiques très peu. La bagnole c'est toujours sacré. Voir les travaux gigantesques de l'A 480. Dans notre vallée industrielle les parkings prennent plus de place que les bâtiments. Nous sommes très loin du Zéro Artificialisation Nette (le ZAN pour les intimes !)

Et combien coûte déjà l'accord avec l'AREA pour Crolles-Grenoble ? Je n'ai rien trouvé de publié mais j'ai peut-être mal cherché. Et quel sera le coût pour Crolles-le Touvet ? Un peu de transparence ne nuirait pas ! Nous contribuons !
Est-ce qu'il ne serait pas utile de profiter de cette crise pour relancer l'idée de la nécessité d'un transport en commun en site propre. Tramway ? Câble ? Je ne suis pas spécialiste mais il y a urgence !

Écrit par : COMTE Jean-François | 09 avril 2022

Répondre à ce commentaire

Si je suis d'accord sur le fond - essayer de réduire l'utilisation de la voiture au profit d'autres moyens de transport - la vraie question n'est pas seulement celle du transport mais aussi celle de la sécurité.

Habitant du mauvais côté de la vallée (celui qui n'a plus un accès direct à l'autoroute) je fais l'amère expérience quotidienne de la circulation saturée sur la départementale, non pas en temps qu'automobiliste (je n'utilise que rarement ma voiture) mais en temps que pieton ou cycliste : marcher ou rouler à côté d'un flot ininterrompu de voiture n'est pas drôle (même si le fait de les dépasser l'est un peu) ; ce matin en emmenant mes enfants à l'école j'ai pesté contre nombre de voitures qui utilisent une rue secondaire où se croiser en voiture est difficile et où les enfants et parents sont nombreux - lesdits voitures roulant parfois à des vitesses excessives....

Tout cela pour dire que j'ai signé la pétition, mais pas forcément pour les mêmes raisons.

Écrit par : Jérôme Bertrand | 11 avril 2022

Répondre à ce commentaire

J’ai lu avec attention vos billets sur le pont de Brignoud, et je ne peux m’empêcher de vous faire part de mon sentiment : je les trouve très froids, très technocratiques et surtout, assez représentatifs d’une sorte « d’écologie punitive » qui se déchaine quand les événements lui ouvrent un terrain d’expression, avec une espèce de jouissance malsaine.

C’est bien d’écrire « le trafic est détourné » ou « les automobilistes grondent », mais pour vous qui habitez Crolles, le quotidien n’a pas été perturbé ou si peu.

Vous oubliez que des habitants de la rive gauche qui faisaient le trajet vers la rive droite en mode doux, grâce au pont, sont désormais contraints à des détours par la Terrasse ou la Bâtie qui leur imposent de prendre la voiture, sur des itinéraires surchargés.

Vous oubliez que les lignes de bus qui empruntaient le pont, par exemple celles qui desservaient le lycée Marie Reynoard, sont désormais coupées.

Vous oubliez que le renforcement des cadences ferroviaires entre Grenoble- Chambéry n’a plus aucune utilité si à la descente du train, vous n’avez plus la possibilité de rejoindre votre travail à Crolles ou Bernin, qui totalisent environ 10 000 emplois.

Et comme il est facile de se gausser de la pétition sur la gratuité de l’autoroute quand on habite à Crolles, et non au Touvet…

J’aurais aimé que vos textes fassent preuve d’un minimum d’humanité, qu’ils reconnaissent les difficultés quotidiennes des habitants de la vallée dont les temps de trajet ont été multipliés par deux, voire davantage. Ils ne sont pas entièrement responsables des choix de leurs élus, surtout quand ces derniers s’accrochent à leur siège au mépris de leurs convictions ; voyez comme M. Lorimier s’est maintenu à la mairie de Crolles en s’alliant avec une liste plus proche du RN que du PS.

J’aurais aimé que vous ayez l’honnêteté intellectuelle de reconnaitre que la coupure d’un pont ne bloque pas uniquement les voitures : les piétons, les cyclistes, les transports en commun sont bloqués également. Mais vous n’en dites pas un mot. Est-ce parce que cela ne cadre pas avec votre démonstration ?

Sur le fond même de vos billets, je suis d’accord avec vous. Mais la façon de le présenter et de l’argumenter, ainsi que le timing, me gênent foncièrement. Quand une personne se retrouve en grande difficulté parce qu’elle a commis une erreur, on évite en général de l’accabler de reproches sur son comportement passé. On peut en faire autant à l’échelle d’une vallée et de plusieurs dizaines de milliers de personnes, surtout quand on ne supporte soi-même que des conséquences mineures.

Bien cordialement,

Benoit Playoust

Écrit par : Benoit Playosut | 12 avril 2022

Répondre à ce commentaire

Merci pour ce témoignage.

Une seule observation : la gratuité de l'autoroute sera sans effet sur la circulation des piétons, cyclistes et transports en commun qui ne l'empruntent ni les uns, ni les autres.

Écrit par : Emmanuel Wormser | 12 avril 2022

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.