Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 mars 2014

Idée n°74 : Faire des stress test

Lors de notre séance de créativité du 2 février, un participant a proposé l’idée suivante : « Vérifier que le train de vie de la commune est adaptable à un départ de STMicroelectronics. Si non, le faire (rendre le train de vie adaptable au départ de ST). »

stress test 3.jpgC’est le principe des stress tests. Envisager des événements catastrophiques et simuler leurs conséquences. La démarche est universelle. Elle s’applique dans le secteur bancaire (par exemple, on teste si la faillite d’une banque provoque celle d’autres banques), dans l’énergie (que se passe-t-il dans le réseau si telle ligne à haute tension est endommagée ?), dans les entreprises (que devenons-nous si la grippe aviaire immobilise la moitié du personnel ?) etc.

A Crolles, quels événements seraient catastrophiques ? A l’évidence, la fermeture de ST serait un désastre pour la vallée. Etudier publiquement cette hypothèse serait éminemment pédagogique. Chacun découvrirait ce qu’il doit à cette industrie, à l’Etat qui la subventionne, à ses salariés, ses fournisseurs … On verrait aussi en quoi la commune et le Grésivaudan dépendent de ST.

L’exercice n’est pas aisé. Il pourrait être organisé sous forme d’un séminaire de deux ou trois jours réunissant – comme pour toute bonne concertation d’ampleur - élus, habitants, représentants d’entreprise, représentants du personnel, commerçants …

Je propose de partir d’un scénario simple, dramatique mais possible : fermeture progressive en 10 ans.stress test 1.jpg

Ensuite, l’exercice comprendrait trois parties : les conséquences plausibles (en distinguant ce qui est certain, probable, possible), les mesures préventives, les enseignements de l’exercice.

Qu’allons-nous trouver ? Je suis curieux de voir.

 

Francis Odier, 19 mars 2014

06 mars 2014

Idée n°65 : commander des études opérationnelles quand la stratégie a été définie

La communauté de Communes du Grésivaudan s'apprête à commander une étude tarifaire sur ses transports. Alors que le plan de déplacement urbain est en cours de réflexion, est-ce bien le moment ?

185px-Clausewitz.jpgLa gestion raisonnée d'une entreprise emprunte au vocabulaire de la guerre les mots que von Clausewitz a déclinés dans son fameux traité. La politique décide des fins à atteindre, détermine une stratégie qu'on décline dans des objectifs opérationnels qui sont mis en œuvre au travers de tactiques locales ; la mesure de l'efficacité finale du dispositif permet de le réviser régulièrement pour atteindre les résultats escomptés.

Il n'y a aucune raison objective pour qu'une collectivité décide différemment de ses propres orientations.

D'ailleurs, quand elle brûle une de ces étapes, elle rencontre souvent des obstacles qui font perdre tout efficacité à l'activité débordante qu'elle déploie...

 

charrue.jpg

 

C'est ainsi, par exemple, que par une construction parfaitement inverse

  • en partant des règles techniques -le règlement-
  • pour déterminer des objectifs opérationnels -le rapport de présentation-
  • permettant d'aboutir à la stratégie politique -le projet d'aménagement et de développement durable-

la commune de Crolles a construit un plan local d'urbanisme (PLU) en creux qui ne permet pas de promouvoir effectivement les petits commerces de proximité et autorise l'implantation de nouvelles grandes enseignes pourtant décriées lors de la concertation préalable à son approbation.

 

Il en3131634505.gif va exactement de même lorsqu'on commande des études techniques avant d'avoir décidé politiquement des objectifs à atteindre, de leur priorisation et des budgets qu'on pourra allouer aux réalisations.

La communauté de communes du Grésivaudan nous a parfois confrontés à de tels errements : les études proprement délirantes engagées il y a quelques années pour conclure à l'inadaptation d'une liaison téléphérique inter-rives en est un bon exemple : à ce jour, la traversée Crolles-Brignoud n'a pas avancé d'un pouce mais on a perdu quelques années et quelques deniers en expertises...

 

En matière de déplacements justement, une stratégie intercommunale est en cours d'élaboration : elle sera formalisée dans un document important, opposable aux communes, appelé Plan de déplacements urbains, qui devrait être approuvés en 2015 si l'on en croit les rares informations disponibles sur le site de la Com'Com...et qui devrait, selon ses auteurs "aboutir à la préconisation d’actions permettant de diminuer la part de la voiture individuelle dans les déplacements au profit des modes alternatifs et moins polluants tels que la marche, le vélo, les transports en commun..."

On aura donc là l'engagement politique d'une stratégie volontariste traduite en objectifs opérationnels.

Force est alors de s'interroger sur l'opportunité de l'appel d'offres récemment mis en ligne sur le bulletin officiel des marchés publics (BOAMP) : le Grésivaudan souhaite en effet disposer dès maintenant d'une étude tarifaire sur le fonctionnement de ses lignes. La lecture du cahier des charges de l'appel d'offre mérite le détour : tous les possibles sont ouverts. Il me semble pourtant évident qu'une politique tarifaire n'est rien autre qu'une tactique permettant d'atteindre les objectifs déterminés dans le cadre de la stratégie politique... et si, à l'issue des travaux sur le plan de déplacement urbain, il s'avère évident que la bonne échelle pour organiser les transports urbains n'est pas le Grésivaudan -on le pressent déjà dans l'appel d'offres lui même !-, pourquoi lancer si vite une telle étude ?

1212313589.4.jpg

 

En matière de transport, d'urbanisme ou d'élimination des déchets par exemple, je propose donc très simplement qu'on ne commande des études opérationnelles que lorsque la stratégie politique et les objectifs à atteindre ont été clairement définis et hiérarchisés.

 

Emmanuel Wormser

 

04 mars 2014

Idée n°63 : le devoir d'inventaire : faire réaliser l'audit des comptes

"En politique, ce qu'il y a souvent de plus difficile à comprendre, c'est ce qui se passe sous nos yeux" (Tocqueville).Tocqueville - photo.jpg

L’élection est le moment du bilan. Au début du mandat, la nouvelle équipe municipale devra s’appuyer sur un diagnostic complet de la situation de la commune.

Sur les aspects financiers, sur la gestion interne des services municipaux (gestion du personnel, efficacité des services …), il n’est pas possible de procéder à ce diagnostic de l’extérieur sans l’engagement du maire. En effet, il faut éplucher les documents de gestion qui ne sont pas tous accessibles au public et, surtout, mener des entretiens avec des agents, avec des interlocuteurs qui travaillent au quotidien avec la mairie (par exemple, les directeurs d’école), avec des usagers qui ne s’expriment en général pas publiquement (par exemple, les principaux employeurs locaux).

logo j aime crolles - petit.jpgD’où la proposition suivante : dès le début du prochain mandat, faire réaliser un audit des comptes par un intervenant spécialisé extérieur. Le terme « audit des comptes » doit être interprété au sens large. C’est un audit de la gestion, au-delà des seules finances.

Pour cet audit, l’idéal serait de solliciter la Chambre Régionale des Comptes dont c’est le métier et qui présente toutes les garanties d’expertise etCour des Comptes.jpg d’indépendance nécessaires. Si la Cour n’est pas disponible dans un délai raisonnable, il conviendra de choisir un prestataire privé à l’issue d’un appel d’offres transparent – en impliquant l’ensemble du conseil municipal (y compris, bien sûr, les conseillers minoritaires).

Lire la suite

28 février 2014

Idée n°60 : le noir exigé comme tenue de soirée

Non, il ne s'agit pas là d'un hommage à un film de Blier -littéralement prémonitoire en ce jour de remise des Césars-, ni de l'expression nostalgique d'un temps où l'on s'habillait de soie pour plastronner en soirée.

Simplement le rappel d'un vœu plusieurs fois réitéré : que la nuit, il fasse nuit !

20130629131731_u0bypu_image256.jpg

La nuisance lumineuse ne touche pas que les adorateurs extatiques des étoiles ou les obsédés des économies d'énergie : ses conséquences environnementales sont telles que des règlementations imposant l'"extinction des feux" sont venues suppléer le manque de bon sens de certains.

A Crolles, des progrès peuvent encore être réalisés, notamment sur les voies et places publiques, parfois vivement éclairées à toute heure de la nuit sans qu'on puisse évidemment démontrer que cela maintiendrait la criminalité locale à un seuil plus acceptable ! Les installations récentes ne sont pas mieux loties : le chemin du Trait d'Union ressemble à une piste d'atterrissage pour avions en modèles réduits, alors qu'il est certainement possible de  déclencher son éclairage par un simple système détecteur de présence...

1212313589.3.jpg

 

Je propose donc que la commune se mette en ordre de marche pour pouvoir concourir dès 2014 à la labellisation "Villes et villages étoilés" proposée, avec le soutien du Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, par l'association ANPCEN.

 

Emmanuel Wormser

 

 

 

22 février 2014

Les finances communales

La fin des vaches grasses

A Crolles, le mandat qui s’achève est marqué par une forte augmentation des dépenses et une réduction des recettes de fonctionnement.

Graph dépenses fonctionnement Crolles.pngEntre 2007 et 2014, les charges à caractère général ont augmenté de 45 % et les charges de personnel de 32 %.

 

 

 

 

 

 

 

Dans le même temps, les recettes de fonctionnement sont en baisse de 46 %, malgré la progression des contributions directes (+ 11 %) et des droits de mutation (+ 49 %).

En comparaison des communes de sa taille, Crolles est environ 2 fois plus riche. Pour les dépenses réelles de fonctionnement par habitant, la moyenne de la tranche est inférieure à 1000 €, Crolles est autour de 2000 €.

Nous avons eu une période de vaches grasses, c’est une période qui s’achève. Il faudra être beaucoup plus sélectif dans les dépenses.

Sur ces 10 dernières années, la commune a surtout "investi" dans les équipements de loisirs (loisirs au sens large, y compris la culture). Un rééquilibrage s'impose vers les activités productives. Désormais, il faudra privilégier les dépenses qui ont des effets de levier positif sur l'emploi et sur l'environnement.

Vous trouverez dans le document joint les chiffres clefs sur les finances communales, dépenses et investissements, et la comparaison avec les communes de taille similaire : Finances communales.pdf

Francis Odier, 22 février 2014

 

21 février 2014

La faim des gros

La faim des gros entraine la fin des petits

Pour la partie Sud de Crolles, le quartier du Rafour, l'avenue Ambroise Croizat, le Plan Local d'Urbanisme a été conçu pour permettre à la grande distribution de s'implanter. Cet objectif, poursuivi avec constance par le maire et ses soutiens, est en passe de devenir réalité.

Nous avons déjà annoncé ici la transformation prochaine de Casino en hypermarché. Ce n'était qu'un début.

Carrefour se prépare à construire sur l'emplacement de "Daher" (40 000 m2).

La Brioche Dorée va remplacer un magasin de fruits et légumes apprécié de ses clients.

Pizza Del Arte est sur les rangs pour reprendre un emplacement existant.

Il ne manque plus que Mac Do ... mais, je vous rassure, il n'est pas dans les cartons.

J'ignore d'où vient cette frénésie à accueillir la grande distribution. Comment se fait-il que les conseillers municipaux laissent faire ? Quels sont les intérêts financiers en jeu ? Pourquoi ? Pour qui ?

Les jours passent ... et le bilan du mandat s'alourdit.

Les gros grossissent ... et les petits meurent. La grande distribution entre en concurrence avec les commerces de proximité. Le développement des grandes surfaces gêne, voire empêche, la revitalisation des centres village de Crolles, Bernin, Lumbin.

Francis Odier, 20 février 2014

 

En complément : je vous invite à vous documenter sur la grande distribution et sur les groupes qui lorgnent sur Crolles. Pour commencer :

http://www.lefigaro.fr/societes/2013/04/19/20005-20130419...
http://www.groupeleduff.fr/index.php
http://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_Carrefour
http://www.journaldunet.com/carrefour/

04 février 2014

Idée n°42 : La boutique de l'emploi

idee v2.jpg
Comme en matière de création d'emploi, il ne faut jamais baisser les bras, je propose que Crolles investisse dans le développement des entreprises sur le territoire de sa commune et du Grésivaudan.


Mon idée est de créer une "boutique de l'emploi". Telle une autre enseigne, cette échoppe aura pignon sur rue, elle aura une devanture alléchante et son logo brillera au firmament de la zone commerciale de Crolles. Ainsi, son rôle de facilitateur d'emploi s'affichera aux yeux de tous.

Cette boutique sera réelle et virtuelle car on pourra aussi la contacter par internet.

C'est ainsi qu'elle ira au devant des Crollois, pour les aider à créer des entreprises et donc des emplois. Dans ses rayons, chacun y trouvera une boite à outil à sa convenance. En poussant sa porte, l'autoentrepreneur qui veut se lancer, le créateur qui veut monter sa "boite", l'artisan qui veut embaucher, le chômeur qui a une idée....trouvera des réponses à ses innombrables questions. Et qui sait, peut être qu'il y trouvera des solutions ?

Je conçois cet espace comme une interface entre le créateur et son entreprise... Mais son rôle ne s’arrêtera pas à "attendre le client" derrière son comptoir. Il sera aussi d'aller au devant de l'emploi, dans les grandes et petites entreprises, les institutions et les administrations.

L'ambition de cette boutique sera de donner l'impulsion à l'emploi....

Claude Muller

 

03 février 2014

Idée n°41 : Un tramway nommé (re-)désir

tram crolles.jpgTout le monde a entendu parler du tramway à Crolles, des cartes postales le montrent, des édifices en rappellent la présence.

La "RN" garde sa trace. et beaucoup se demandent : "mais pourquoi pas le retour du tramway dans le Graisivaudan, puisqu'il y existait ?"

 

idee v2.jpgGrenoble rajoute ou rallonge des lignes; et depuis la Tronche, il serait permis de récréer le tracé.
Quitte a éviter le détour pittoresque des Ecoutoux, et rester sur la Grand'route jusqu'à Montfort, ou plus loin pour rejoindre le Touvet.

 

Pour faciliter l'insertion des lignes de tramway, on cherche toujours à mettre ce service en site propre, ce qui le
rendrait incompatible à nos chères (sic !) voitures.

tram Blagnac.jpgMais pourquoi justement ne pas le mettre au beau milieu de cette chaussée, comme il l'était autrefois ?
Au lieu de ralentir le trafic par des dos d'ânes, signalisation verbalisatrice, chicanes...
Un tram qui s'arrête au milieu du village vous fera patienter quelques instants. et repartira beaucoup plus vite que son ancêtre, sans vous faire perdre plus de temps que les bus jaunes....sur cette photo on voit qu'a Crolles le tram ne gênait pas forcément le trafic. Et qu'à Blagnac, les automobilistes survivent malgré le tram...

François Gigon

29 janvier 2014

Idée n°37 : En finir à Crolles avec les petits arrangements entre amis

Dans l'idée n°25, je proposais que la commune et ses élus, actuels et futurs, admettent que la loi est l'expression de l'intérêt général...

De -nombreuses- décisions rendues par la justice administrative lors du mandat qui se termine ont condamné l'illégalité de l'action communale. Certaines ont mis en évidence des "petits arrangements entre amis" : au delà de la seule violation de la loi, c'est un processus décisionnel totalement dévoyé qui est montré du doigt, dans lequel l'intérêt de quelques uns a prévalu sur l'intérêt général*.

Combien de crollois ont entendu : "Si tu prévois telle ou telle couleur -ou largeur de fenêtre ou orientation de toiture...-,h-20-2663769-1324291561.jpgça ne me plaira pas et je m'opposerai à ton permis de construire, et si tu veux contester, va au tribunal : ça te prendra au moins trois ans !", alors même que le règlement du plan local d'urbanisme, seul opposable aux demandes de travaux, n'impose rien sur la prescription imposée ?

En ajoutant une règle à la règle, l'auteur d'une telle phrase cherche presque toujours à arranger le voisin -connu de longue date et bon électeur- qui voit d'un mauvais oeil son environnement évoluer...

Même si un tel comportement est, par principe, éminemment condamnable, ça ne va pas beaucoup plus loin.

 

 

En revanche, qu'il me soit ici permis de citer trois "projets" où les petits arrangements entre amis sont à l'origine de l'annulation des décisions locales par le juge.

  • Une parcelle au découpage compliqué qui rend difficile l'implantation d'un gros immeuble si l'on veut respecter les règles de distance à la limite de voirie : qu'importe ! On invente un projet d'élargissement de la voie, on ajoute une cession -contraire à la Constitution- d'une écaille de cette propriété... et hop, le tour est joué ! Par cet artifice, la construction autorisée sera construite en limite de la voie publique, conformément au POS de l'époque... Le juge annule le permis de construire et la construction, érigée malgré cela, n'est finalement pas en limite de propriété : vous pouvez la voir rue de Mayard.
  • On a à Crolles des terrasses de bistrot implantées sur le domaine public. La loi, dans un objectif de bonne gestion du bien public -j'ose dire "en bon père de famille"-, impose qu'une telle occupation fasse l'objet de redevances fixées en fonction des bénéfices tirés de cette occupation. Ben oui, mais à Crolles, on n'a jamais fait payer... alors le maire propose au conseil municipal de formaliser les autorisations d'occupation en prévoyant qu'elles ne feront l'objet d'aucune redevance. Le juge a annulé les délibérations qui prévoyaient cela. Mais alors qu'importe : à ce jour, la commune n'a pris aucune nouvelle délibération et préfère maintenir une situation d'occupation irrégulière de son domaine, sans titre ni redevance...

  • Pour réaliser un cheminement piétonnier, on peut utiliser la procédure de déclaration d'utilité publique: elle est bien connue à Crolles puisqu'elle a été largement utilisée pour constituer des réserves foncières, terrains acquis au prix de la terre agricole et revendus au prix du constructible. Qu'importe : on ne va quand même pas faire ça avec tout le monde. Alors on va rendre constructible le terrain du propriétaire pour que, non constructible au départ, il acquière la valeur du terrain à bâtir. Un petit deal facile... mais illégal car constitutif de détournement de pouvoir. Le juge annule l'opération, avec pertes et fracas ! Alors, vite, vite, vite, on approuve un nouveau PLU prévoyant la même disposition et... sachant que, vraisemblablement, on va à une nouvelle annulation notamment pour le même motif, le maire a tranquillement proposé aux élus d'acquérir ces parcelles au prix de 160 euros le m2, ce qu'ils ont approuvé à l'unanimité !

 

Et si on plaçait l'intérêt général avant l'intérêt de quelques uns, ce serait pas mal, non ?

 

Emmanuel Wormser

 

* Pour en savoir plus sur le concept d'intérêt général, parcourez le remarquable rapport du Conseil d'Etat sur le sujet, rédigé il y a 15 ans déjà : il n'a pas pris une ride !

26 janvier 2014

Idée n° 34 : privatiser et collectiviser

Idée de politique économique : privatiser et collectiviser

Souvent, nous allons au café … ici ou ailleurs, partout où nous mène le quotidien.

cafe-lungo.jpgA Crolles, c’est spécial. Le café est financé par la collectivité. C’est la commune qui a construit la brasserie du Village

(mieux connue sous le nom de brasserie de La Poste). Nous ne sommes pas banquier, mais citoyen, et notre intuition nous dit que cette dépense là (environ 480 k€, de mémoire) n’est pas le choix le plus judicieux que l’on pouvait faire. Comment s’en sortir ? Faut-il se désengager d’un investissement inopportun ?

Pour aller plus loin dans la réflexion, il est utile de prendre du recul, voir loin et large.

La politique économique est comme un balancier erratique : croissance – décroissance ; hausse des impôts - baisse des impôts … Il en va ainsi pour l’Etat actionnaire qui nationalise un jour et privatise quelques années plus tard.

Résumons quelques épisodes : après la Libération, en 1944 – 1945, la France nationalise en masse. En 1982, rebelote, prise de contrôle par l’Etat de 44 groupes industriels et financiers. Mais dès 1986, la droite fait le chemin inverse et privatise allègrement.programme CNR.gif

En 1988, Mitterrand II, devenu prudent, pour ne pas dire immobiliste, prône le ni – ni, ni privatisation, ni nationalisation. Ensuite, nous avons une longue séquence de privatisations. Les gouvernements Chirac, Balladur, Juppé, Jospin, Raffarin, de Villepin privatisent avec constance.

Récemment, Montebourg proposa la nationalisation de Florange, mais, hélas, il ne fut pas entendu. Pourtant, Sarkozy lui-même avait utilisé la nationalisation partielle pour remettre Alstom sur les rails.

La nationalisation reste un bon outil de politique économique qui se pratique aussi à l’étranger. En 2002, les très libéraux britanniques ont partiellement remis dans le secteur public le transport ferroviaire. 2009, les Etats Unis nationalisent en urgence Général Motors (ce n’est pas rien). Et nos amis argentins, sécurité énergétique oblige, ont nationalisé une compagnie pétrolière en 2012. 

Alors, revenons à Crolles en Grésivaudan. S’il y a eu erreur d’investissement, il faut corriger l’erreur. C’est aussi simple que cela : refuser le statut quo. Il aurait été plus malin d’investir ailleurs, il est encore temps.

Le rôle de la collectivité n’est pas de singer ou concurrencer le secteur privé, mais d'inciter, accompagner, structurer, impulser et même donner un coup de pouce à des projets "novateurs", créateurs de richesse, que le secteur privé est incapable de faire émerger seul. Dans le cas de la brasserie du Village, il y a déjà un bar de l’autre côté de la rue, l’intervention communale n’avait donc rien d’impératif.

logo j aime crolles - petit.jpgL’idée est de renforcer l’économie mixte, développer le rôle d’actionnaire des collectivités locales. Pour investir … encore faut-il avoir quelques ressources financières. La proposition est d’appliquer le principe du et et : et privatiser et collectiviser.

Vous l’avez compris, la brasserie du Village est notre premier candidat à la privatisation. On en trouvera d’autres : la salle festive, les tennis couverts (si le projet va à son terme).

Concernant la collectivisation, les idées ne manquent pas. Pour vous mettre en appétit, voici immédiatement deux exemples.

Premier cas : un bar original, multifonctionnel. A Grenoble, le "Café Vélo" chouchoute votre bicyclette et vous aussi ! (c’est un reportage de France 3). Dans cette boutique, on peut réparer son vélo et boire ou manger un petit plat local. www.cafe-velo.fr/ Voilà un projet innovant, transposable chez nous, et qui a vocation à se faire aider par une collectivité locale.

Deuxième cas : une entreprise centenaire qui a besoin d’un coup de jeunesse citoyenne. Crolles et le Grésivaudan pourraient investir dans GEG, Gaz Electricité Grenoble, société d’économie mixte qui est proche de passer à majorité privée, ou même créer leur propre régie de production et de distribution électrique. Voir un exemple proche, en Allemagne, non loin de Bâle : « A Schönau, en Allemagne, l’électricité est verte et citoyenne ». Nous pourrions y organiser un voyage d’étude.

En conclusion, ne cherchez pas à savoir si cette idée est libérale ou collectiviste. Elle est tout simplement pragmatique.

Claude Muller et Francis Odier, 22 janvier 2014

Lire la suite