Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 juin 2018

Cet été, mettez les gilets orange pour randonner en montagne !

Au risque de choquer mes amis environnementalistes, je confesse sans honte aucune que j'aime le gibier à ma table, je respecte la chasse et, comme diraient certains à qui l'on reprocherait leur racisme latent, j'ai même un ami chasseur.

Pour autant, un arrêté préfectoral récent m'a ... surpris, désarçonné, effrayé même.

Publié au registre des actes administratifs le 14 juin dernier, il règlemente les dates d'ouverture de la chasse. Un communiqué de presse avait annoncé son contenu quelques jours auparavant

Après une consultation du public organisée du 26 avril au 22 mai derniers, dont la synthèse et l'indication des propositions du public dont il a été tenu compte n'ont pas été rendues publiques en violation de l'article L.123-19-1 du Code de l'environnement, cet arrêté dispose notamment que la chasse au grand gibier démarre ... le 1er juillet prochain et se poursuivra cet automne pendant la période de chasse habituelle.

L'insuffisance des prélèvements d'individus adultes, susceptibles d'opérer d'importants dégats dans les cultures comme en milieu naturel en raison de leur nombre, explique certainement cette politique iséroise.

Mais les chasseurs eux-même semblent peu convaincus de l'adéquation de cette mesure à la surpopulation des sangliers, notamment : dans un communiqué publié dans le Dauphiné, ils indiquent que le prélèvement estival ne représenterait pas plus de 2% du prélèvement annuel et n'hésitent pas affirmer "Chasser douze mois sur douze, non merci !"

Reste que des chasseurs sont bien autorisés, à titre dérogatoire, à tirer pendant l'été sur du grand gibier.

 

En Isère pourtant, les activités de pleine nature constituent une part importante de l'activité économique: doit on, dans ces conditions, y favoriser la naissance de conflits d'usage entre randonneurs et chasseurs, en plein été ?

Car des conflits, il y en aura nécessairement entre des chasseurs gênés par des randonneurs bruyants et des promeneurs craignant le passage d'une balle perdue -on parle bien ici de chasse au grand gibier.

 La galinette cendrée des inconnus est une caricature d'un monde de la chasse qu'on ne connait pas dans les ACCA -associations communales de chasse agréées- que je cotoie. Pour autant, on rencontre parfois, dans les équipages qui louent à la journée un territoire de chasse, des profils de rurbains "viandards" qui ne s'en éloignent que trop peu.

Alors, pour ne pas sombrer dans la caricature mais pouvoir se promener en toute sécurité, cet été, sortez couverts !

gilet-de-traque-percussion-stronger-ghost-camo-p-1452-145230.jpg

E.Wormser, le 17 juin 2018

12 juin 2018

Gens du voyage : héritage encombrant et mémoire sélective... un "secret de famille"

"La vérité est à manier avec précautions. Mais chacun a le droit de connaître ce qui touche à ses origines et à son devenir. Ces informations lui appartiennent. (...) L’existence d’un secret toxique se manifeste de façon plus insidieuse. Les faits sont souvent masqués par des " mythes " de substitution dont on pressent bien qu’ils ne sont pas tout à fait vrais."

Ces mots sont extraits d'un article -parmi beaucoup d'autres traitant du sujet- publié dans le magazine Psychologie.

Il n'est pas contestable qu'ils ne s'appliquent pas seulement aux secrets de famille et fournissent également une grille d'analyse précieuse pour comprendre les carabistouilles qu'on nous sert dans l'éditorial du dernier journal municipal.

Un extrait de ce texte illustre particulièrement sa prégnance dans le comportement de certain représentant :

"trouver d’autres solutions, telles que la remise en état d’un terrain communal situé près de la déchetterie. Ce site pourrait offrir une réelle alternative en cas de nouvelle tentative d’installation dans le parc. Cette initiative, je l’ai prise alors que Crolles remplit déjà ses obligations légales."

On sait comme certaines collectivités sont convaincues de l'attirance des gens du voyage pour les déchetteries : Hergé n'était pas un grand humaniste mais il dénonçait pourtant cet a priori dans les dessins déjà repris dans notre article du mois dernier. Las, ces caricatures n'ont pas suffi à éviter qu'on installe les "bohémiens" des Bijoux de la Castafiore à quelques mètres des bacs de la déchetterie de Saint Ismier ou qu'on décide d'exploiter une centrale de compostage à proximité de leurs habitations à Villard-Bonnot.

20171005_135058.jpg 20171005_135029.jpg

A Crolles, l'idée n'est pas neuve, loin s'en faut... Et elle constitue apparemment un secret toxique qu'il est utile de réveler alors que certains semblent l'oublier, l'enfouir même tel un secret de famille !

Souvenez vous, en 2007, Crolles accueille déjà les gens du voyage "derrière la déchetterie" dans une aire "transitoire". En novembre de la même année, le Conseil municipal reconnait de graves problèmes de "salubrité" et finit par admettre que des travaux s'imposent en attendant l'ouverture de l'aire de grand passage de l'autre coté de l'autoroute.

En septembre 2008, le Conseil municipal constate que l'aménagement de l'aire de grand passage est bloqué -mais sans dire que c'est parce que le projet est illégal, tout simplement : de méchants environnementalistes empêchent qu'on mette fin à l'utilisation de l'aire transitoire qui, pourtant, "n’est pas conçue pour offrir des conditions d’accueil dignes et décentes aux gens du voyage". Le journal municipal du même mois reprend cette antienne : "Dés l'ouverture de cette aire de grand passage, l'aire provisoire située à proximité du SICIOM a vocation à fermer."

La même année, le maire de l'époque a expliqué à la presse que "certains veulent mettre les choses à feu et à sang pour des grenouilles".

On retrouve dans ces déclarations deux thèmes repris dans le journal municipal de juin 2018 : en substance, "on va faire une installation seulement transitoire derrière la déchetterie" et "c'est pas la fôte à la commune" : il y a dix ans déjà qu'un mythe se construit, un mythe de substitution !

En 2009, branle-bas de combat à la mairie : l'association France Liberté Voyage fait part au maire des conditions exécrables d'accueil des gens du voyage sur la commune... Reprenant les deux branches du mythe de substitution qu'il élabore patiemment, le maire répond, dans un courrier du 23 avril : en résumé, le projet d'aire de grand passage est bloqué par la FRAPNA -en fait, il est bloqué parce qu'il est illégal- et les reproches formulés par les représentants des gens du voyage sont malvenus puisque tout ça n'est pas la fôte à la commune.

En juin 2010, le conseil municipal donne son avis sur le projet de schéma départemental d'accueil des gens du voyage... L'occasion pour le maire de Crolles de mettre le singe sur l'épaule de la communauté de communes... qu'il dirige (!)..., de rappeler que la commune n'est pour rien dans le retard pris pour réaliser l'aire de grand passage et... d'informer que si ladite aire n'est pas réalisée ou exploitée conformément aux termes du schémas, la commune devra réaliser une aire d'accueil de passage ou de séjour.

 

En juin 2018, poursuivant le grand œuvre de son illustre prédécesseur, le maire de Crolles indique, au sujet des travaux qu'il va engager "près de la déchetterie", que la commune remplit ses obligations légales.

singe-3.jpg?w=249&h=300pauvre-malade-gorille-banque-dillustrations__x12796919.jpg

 

Mais la commune l'aurait alors fait en mettant le singe sur l'épaule de l'intercommunalité, ne l'oublions pas... et que le singe était bien malade depuis sa naissance !

Et surtout, Crolles remplit-elle ses obligations en 2018 ? Non, comme l'annonçait déjà François Brottes dix ans plus tot.

 

Philippe Lorimier omet en effet de rappeler ici que la situation décrite dans notre article du mois dernier n'est que l'héritage de décisions parfaitement irrégulières prises d'abord par la commune de Crolles, par l'Etat mais à la demande de la première et par la communauté de commune présidée par un élu crollois...

Il oublie également de préciser le projet initialement prévu d'une aire de grand passage proche de l'autoroute, en zone inondable, avec des assainissements insuffisants, non conforme au SDAGE (schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux), et dont les incidences environnementales n'ont jamais été correctement compensées.

Il oublie enfin de mentionner que l'aire de grand passage finalement aménagée est déjà occupée -et inutilisable pour les grands passages- parce que l'intercommunalité n'a pas réalisé l'aire de séjour qu'elle devait construire pour accueillir ceux qui y sont déjà installés.

Tout s'est donc passé comme l'annonçait le maire de Crolles en 2010, dans ses prévisions les plus pessimistes !

 

Dans un article presqu'aussi ancien que les faits rappelés précédemment, notre blog s'interrogeait sur l'héritage que le maire actuel de Crolles revendiquerait après son élection : force est de constater que nos espoirs se sont avérés vains... La pratique de la menterie et de l'approximation avec les faits objectifs se poursuit : on nous prend décidément pour des poissons rouges.


A moins, à moins .... que le poids du secret de famille et la honte qui l'accompagne soient une explication plausible de cette mémoire sélective. Une telle interprétation rendrait acceptable -parce qu'incoercible- cette posture qui, fondée sur un "mythe de substitution", fait fi à la fois:

  • de la continuité politique avec les mandats précédents revendiqués par les candidats aux élections municipales aujourd'hui majoritaires
  • et du principe de continuité du service public qui impose qu'à l'occasion d'un changement d'équipe, l'exécutif nouveau n'abandonne pas brutalement l’œuvre de ses prédécesseurs.

E.Wormser, le 12 juin 2018

31 mai 2018

Accueil des gens du voyage : les représentants du peuple ont-ils vraiment un rapport aussi compliqué avec la vérité ?

Dans son dossier publié le 26 mai dernier relatant l'installation des gens du voyage dans le parc Paturel et la réunion organisée par le maire de Crolles le 24 mai, la journaliste du Dauphiné rapporte que :

(...) l'aire de séjour de 50 places située à côté de la barrière de péage de Crolles, devait accueillir initialement 210 caravanes. Mais François Brottes, alors député de la 5è circonscription et maire de Crolles, avait fini par perdre devant la justice face à la Frapna.

Parce qu'il s'agissait d'une zone inondable, destinée à devenir un champ d'inondation contrôlée (pour les crues d'une fréquence trentennale), et aussi parce que c'était une zone naturelle d'intérêt écologique faunistique et floristique (Znieff)... Bref, si la construction avait pu se taire pour 210 caravanes, aujourd'hui, le Grésivaudan remplirait ses obligations en termes d'aire d'accueil de grand passage.

et plus loin :

"En juillet et août, le niveau de l'Isère ne monte pas, et les grands passages ont surtout lieu a cette période de l'armée », a plaidé le maire de Crolles, dépité que « la dimension environnementale prenne trop souvent le pas sur d'autres objectifs !'... Humains, sociaux et politiques bien évidemment.

Rien... n'est moins vrai !

Lire la suite

07 mars 2018

Frédéric le moustique

Vous connaissez certainement la série des comptines pour enfants, Léon le bourdon, Mireille l'abeille, Oscar le cafard.

Frédéric, le moustique était l'invité d'une réunion commune de la ville Crolles Bernin ... (je rêve) ce jeudi soir 1er Mars.

Capture.PNG

Deux intervenants de grandes qualités pédagogique et technique (le directeur de l'EID - Entente Interdépartementale pour le Démoustication - et le professeur JP. STHA chef de service au CHU de Grenoble), nous ont expliqué les moyens pour limiter la prolifération de ces bestioles et les risques endémiques et certains ! des maladies virales fort peu sympathiques consécutives, si l'insecte est infecté.

Cette réunion était une belle réussite et bien organisée ; 50 personnes ont été présentes sur les 2 communes.

Si le moustique tigre (aedes albopictus) diffère un peu dans sa technique de ponte des autres, toutes leurs larves ont besoin d'un lieu humide pour se nourrir, pour grandir et piquer de nouveau, pour nourrir les œufs qui vont grandir et piquer et pondre et .....

L'expansion est très difficile à contenir mais avec des actions de prévention de TOUT LE MONDE, il est possible de limiter fortement sa nuisance.

Si la commune de Crolles a toujours mené des campagnes d'action et de sensibilisation, Bernin ne conduit pas d'action. De nombreux citoyens ont montré cette incohérence car le moustique ignore les frontières administratives. 

Si les habitants ont des bons reflexes pour éviter de fournir le vivre et le couvert aux  larves (chasse intensives aux endroits parfois minuscules pouvant maintenir une forte humidité ), il a été évoqué les regards ou avaloires d'eau pluviales le long des voiries, tous les 50 à 100 mètres, hors champ d'action du citoyen.

En fond de cuve en béton, il y a une généreuse plaque d'eau qui stagne !!! Les moustiques nous sont  reconnaissant de cette délicate attention ....

Le mot clé de cette soirée est LA PREVENTION de tous  y compris de toutes les communes pour limiter les nuisances de ces petites bêtes ; leur faculté d'adaptation est colossale.

Les virus, les petits, les gros, les joufflus, les retro, les méga sont sources d'émerveillement et d'inquiétude aussi.

JP Chollet

16:51 Publié dans Environnement | Lien permanent | Commentaires (0) |

03 février 2018

Journée mondiale des Zones Humides

C’est maintenant ! La journée mondiale des zones humides. Vite, se renseigner.  

En cet hiver 2017 – 2018, la pluviométrie a battu des records. Chacun a pu s’en rendre compte en sortant de chez lui, observant les ruisseaux, se promenant dans la plaine ou, hélas, dans certains villages du Grésivaudan, en constatant les dégâts provoqués par les inondations.

C’est le moment de rappeler l’utilité des zones humides. Je vous conseille une excellente brochure réalisée par le Cerema (disponible en téléchargement gratuit sur www.cerema.fr)

Concernant le quartier durable de Crolles, la question reste ouverte et sans réponse : comment la commune va-t-elle satisfaire l’obligation réglementaire de compenser les zones humides détruites ?

Episode pluvieux 20 janvier 2018 - compressé.jpg

                                                                  Crolles, "Quartier durable", 20 janvier 2018

Nous vous tiendrons informés.

Francis Odier, 2 février 2018

Schéma ZH selon Cerema.png

Cerema - "Intégrer les milieux humides dans l'aménagement urbain" - www.cerema.fr

11 décembre 2017

Etat de l'Environnement dans l'agglomération grenobloise

C’est en ouvrant le robinet pour boire un verre que j’y ai pensé : Crolles, Grenoble, nos destins sont liés.

Réseau eau potable. Source : www.eauxdegrenoblealpes.fr

carte réseau Eau.png

Sorti dans la rue de bon matin, j’ai croisé un camion poubelle. Dès sa tournée finie, il s’en ira livrer son chargement au centre de traitement Athanor, à La Tronche. Là, mes déchets produiront de l’énergie pour l’hôpital voisin – et il n’est pas impossible, hélas, que des enfants des écoles de Grenoble respirent des poussières et particules fines provenant de la maison Odier.

Pendant la nuit, la pluie est tombée drue. Avec l’expérience, je mesure la quantité de précipitation au grondement du Craponoz tout proche. Petit ruisseau est temporairement devenu torrent boueux. Il va grossir l’Isère et ses eaux traverseront Grenoble dans quelques heures.

J’arrive à l’arrêt de bus, Croix des Ayes. 5 h 10, c’est l’heure du changement d’équipe chez ST. D’un coup, les voitures défilent à vive allure, les travailleurs se répandent partout dans la région, autosolistes en masse qui apportent leur contribution à l’effet de serre, à l’environnement sonore, à la pollution de l’air. Encore 10 minutes et nous voilà chez ST. L’Express se remplit rapidement. En ce moment, l’usine tourne bien. Les intérimaires, surtout des hommes, plutôt jeunes, sont nombreux. Quelques habitués de la nuit aussi. Ils échangent des nouvelles, de tout de rien, décontractés, un jour après l’autre, profitant de cet instant de répit organisé par le Département que l’on connaît ici sous le nom de TransIsère. Correspondances à Sablons, mairie de Grenoble, Chavant, Victor Hugo, gares … Le trajet commencé en Grésivaudan s’achève quelque part dans la Métropole ou en pays voironnais.

Les flux s’entrecroisent et bougent sans cesse. Faudrait-il figer les frontières de nos collectivités territoriales ? Certains le pensent, au motif qu’il ne faut pas changer trop souvent. Je n’en suis pas si convaincu, mais peu importe, il n’y a pas d’urgence à rejoindre administrativement l’agglo. L’environnement, lui, se moque de nos structures et de nos sigles et acronymes qui remplissent des pages de glossaire.

Voilà quel était mon état d’esprit quand j’ai reçu une invitation à lire l’Etat de l’environnement dans l’agglomération grenobloise – Les défis à relever. Jacques WIART, Editions Campus Ouvert, 2017.

Lire la suite

17:17 Publié dans Environnement | Lien permanent | Commentaires (0) |

22 octobre 2017

Les déchets ménagers ménagés

La benne « Je trie » du local dans lequel nous jetons nos déchets ayant brûlé il y a quelques années et n’ayant pas été remplacée, nous avions le choix entre plusieurs solutions :

1.      Acheter notre propre benne « Je trie » (ou l’emprunter au Grésivaudan qui les met à disposition), mais comme on nous parlait de PAV, cela nous semblait aller à contre-bon-sens d’obliger les éboueurs à un arrêt supplémentaire.

2.      Ne plus rien trier et TOUT jeter dans les bennes grises (OM = Ordures Ménagères), mais cela n’est pas « citoyen ».

3.      Apporter nos déchets triés dans les bennes « publiques » les plus proches (dans le local à poubelles de l’école des Sources – Charmanches) .Cela reste la solution que nous privilégions, de même que quelques-uns de nos voisins.

4.      Tester le PAV le plus proche (à côté du gymnase Léo Lagrange)

J’ai donc testé la solution 4 et fait le détour par le gymnase.

Et là, j'ai vu qu'à Crolles, on ménage les déchets, surtout les déchets ménagers !

stationréservé.jpg

stationréservé2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Laurence Gigon Veluzat

21:14 Publié dans Environnement | Lien permanent | Commentaires (0) |

18 septembre 2017

Du progrès dans l'air

Pour cet article de rentrée, après une longue pause estivale, je cherchai des nouvelles encourageantes. Non pour positiver béatement, mais plutôt pour illustrer le temps long du changement.

Il m’arrive encore, de loin en loin, d’entendre quelques benêts qui, croyant faire moderne, radotent sur l’accélération du monde. Mais pour le militant comme pour l’optimiste, la patience sereine est plus fertile que l’agitation d’urgence. La durée recèle une propriété chimique intéressante : elle dissout causalité et paternité, elle digère les événements. Mêlés les uns aux autres et nourris par le terroir, les faits qui meublent nos potins et que le politique habille si facilement, forment à la longue une sorte de compost, d’abord instable et peu ragoutant pour les urbains aseptisés, mais devenant peu à peu histoire avec un h grandissant avec les années.

Allons, sans plus tarder car je ne voudrais pas gaspiller les précieuses secondes que vous accordez à ce billet, voici l’information que je veux partager aujourd’hui, la preuve indéniable que tout change quand rien ne change en apparence.

L’air n’est pas le même partout

Grésivaudan - décembre 2016.jpg

Inutile de brasser de l’air pour s’en rendre compte, il suffit de lire les statistiques publiées par l’excellent Observatoire Régional de l’Air, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes. Instruit sur les risques de manipulation, je suis d’ordinaire vigilant sur les chiffres que l’on voudrait m’imposer avec un argument d’autorité. Mais ici, les données sont brutes et abondantes, issues de mesures quotidiennes. La production d’Atmo est gratuite, signe d’une grande valeur, gage de résistance aux intérêts financiers.

Qu’apprenons-nous dans le Bilan de qualité de l’air en 2016 en Isère ? La situation s’améliore pour la plupart des paramètres : les émissions de polluants, les particules fines, le nombre de jours annuels d’activation d’un dispositif préfectoral en raison d’une alerte à la pollution …

Certes, il s’agit d’une tendance moyenne qui masque des disparités et des situations inacceptables, d’une évolution fragile car les sources de pollution demeurent actives. Le fort épisode de pollution de l’hiver 2016 – 2017 montre que l’on reste très loin d’un problème résolu. Mais la statistique est convaincante : la tendance est dans le bon sens. Est-ce à dire que la tendance est bonne ? Non, assurément. Elle est lente, trop lente. Mais elle prouve la faisabilité du progrès et le réalisme de ceux qui revendiquent les actions d’amélioration.

Belledonne - pollution sauvage - juillet 2017.jpg

Une marge de progrès gigantesque demeure dans le chauffage individuel au bois, sans oublier les feux sauvages qui n’ont pas disparu et qui demanderaient des rappels à l’ordre rapides et fermes.

La confiance dans la durée n’exclut pas l’indignation dans l’instant. C’est pourquoi je voudrais hurler à chaque feu qui empoisonne l’atmosphère.

 

Francis Odier, 18 septembre 2017

 

Source : www.air-rhonealpes.fr/

Evolution pm10.PNG

Evolution émissions.PNG

Nb annuel activation dispositif préfectoral.PNG

Source des émissions.PNG

18:48 Publié dans Environnement | Lien permanent | Commentaires (0) |

20 juillet 2017

Plus vite que prévu

Je ne pensais pas que ce serait si rapide. Au 1er juillet, le Grésivaudan a mis en place un contrôle d'accès par carte à la déchetterie de Crolles. Aujourd'hui, je trouve un dépôt sauvage non loin de la piscine, au début de la toute nouvelle piste cyclable qui va vers la ferme d'Antan.

Depot sauvage 2 - proche piscine.jpg

Evidemment, une proximité temporelle ne prouve pas une causalité. Mais elle suffit pour justifier un billet de blog et rappeler que le contrôle d'accès à la déchetterie, décidé pour d'obscures raisons technocratiques, est résolument contraire au bon sens citoyen. Le coût complet du dispositif "collecte des déchets" va augmenter car il faut gérer le contrôle d'accès et corriger les effets collatéraux (il faudra bien aller nettoyer un jour les dépôts sauvages), sans aucun effet sur le volume des déchets. Dans le meilleur des cas, le Grésivaudan peut espérer reporter une partie des couts sur l'agglo grenobloise ou sur les communes.

Mieux vaudrait miser sur la simplicité (qui est le meilleur gage d'économie) et préserver la gratuité d'accès.

Francis Odier, 20 juillet 2017

 

Pour mémoire, nos précédents articles sur ce feuilleton :

http://www.lecrollois.fr/archive/2017/04/30/echec-des-pav-les-coupables-il-vaut-mieux-les-choisir-que-le-3091518.html

http://www.lecrollois.fr/archive/2017/04/08/crolles-controle-aux-frontieres-3090562.html

Dépot sauvage 1.jpg

21:03 Publié dans Environnement | Lien permanent | Commentaires (0) |

03 juin 2017

Qualité de l'air dans le Grésivaudan

Je fais  ( encore  ...) de la pub pour le site d'Air Rhône Alpes  ( http://www.air-rhonealpes.fr/donnees/acces-par-station).

Ce site est bien fait et complet. Il mérite d'ouvrir tous les onglets  pour connaître les mesures faites sur notre région.

Car il y a une petite nouveauté dans le Grésivaudan. La borne d'acquisition des  mesures des polluants située à Crolles se trouve doublée par une autre borne tout proche située à Brignoud.

A tel point que sur la carte générale, les deux icones balisant ces bornes se trouvent presque superposées !!!!! 

Il faut zoomer pour bien les identifier, cliquer dessus pour ouvrir et accéder aux mesures.

Hors sur celle implantée à Brignoud, référencée " Brignoud", on n'a accès seulement au suivi des PM 10.

Et pourquoi implanter une borne de mesure aussi prés que celle de Crolles, référencée " Est Grenoblois/ Grésivaudan". Avouez que c'est un peu tordu comme référence .... 

Pour mieux valider les simulations de la cartographie de la région Rhône Alpes, il eut été préférable de mieux répartir les bornes de mesure dont  les plus proches étant Grenoble et Chambéry,  données augmentées des sondages aériens ( température, vent, hydrométrie) à la verticale des aéroports locaux Chambéry/Le Bourget entre autre.

 

Il se pourrait  que cette nouvelle implantation à Brignoud très proche de celle de Crolles soit en rapport avec la poursuite du démantèlement de l'usine à Brignoud car des émanations de produits toxiques et volatils sont possibles  dont  des produits à base de mercure.

Soyons satisfaits  de ces protections supplémentaires mais il faudrait avoir accès aux acquisitions.

JP Chollet 

09:15 Publié dans Environnement | Lien permanent | Commentaires (0) |