Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 octobre 2019

Tout vient à point à qui sait attendre

Ce que fait une assemblée, une autre assemblée peut le défaire. Nous en avons eu la preuve récemment au Grésivaudan. En juillet 2019, le conseil communautaire a pris une décision historique : demander son adhésion au SMTC – Syndicat Mixte des Transports en Commun de l’agglomération grenobloise. L’adhésion sera effective au 1er janvier 2020.

Cette décision n’a pas été prise à la légère, mais longuement réfléchie. Fallait-il créer une Autorité Organisatrice des Transports à l’échelle du Grésivaudan ? Le débat était posé avant même la création de la communauté de communes en 2009. A l’époque, les élus du Grésivaudan avaient cru bon, à la seule fin de lever un impôt supplémentaire (la taxe transport), de créer leur propre structure et leur réseau de transport. Ensuite, marketing oblige, nous avons eu droit à une marque locale, TouGo. Ici, comme ailleurs, la comm’ politque a couté cher aux contribuables, avec des résultats si médiocres qu’un retour à la raison a fini par s’imposer. Il était temps de mettre un terme à cette verrue dans l’organisation de nos transports publics.

En 2019, le débat est (presque) clôt. Des élus départementaux l’expriment ainsi (le DL, 9 octobre 2019) : "la nécessité de créer une seule autorité organisatrice des mobilités n'est plus à démontrer puisqu'en matière de déplacements, les limites administratives pénalisent souvent les usagers : selon que l'on habite dans le Voironnais, la Bièvre, le Pays viennois ou dans la métropole de Grenoble, les tarifs sont différents, et les modes de transports mal coordonnés [...] ».

Pourquoi a-t-il fallu tant et tant de temps pour que la politique daigne accorder de l’importance à la géographie ?

Sans doute est-ce, en partie, une question de psychologie, d’égo et de batailles de pré-carrés.

Espérons que cette histoire aidera à décider mieux et plus vite. Il paraît qu’il y a une urgence écologique.

Pour mémoire, voici quelques extraits de nos publications crolloises sur l’organisation de nos transports publics locaux.

En 2011, je relatai une aventure administrative montrant, sur une expérience concrète que tout usager pouvait vivre, que la séparation des réseaux et de la billettique entre le Grésivaudan et l’agglo grenobloise conduisait à des situations kafkaïenne ou ubuesques (au choix) ayant une force dissuasive puissante. J’écrivais alors :

http://www.edgarie.fr/archive/2011/01/07/la-presque-gratuite-des-bus-une-aventure-administrative.html

En Ile de France, il y a une Autorité Organisatrice des Transports, le STIF. Petit jeu ! Ici, dans la région de Grenoble, nous avons toute une collection d’AOT : le Conseil Général, le Grésivaudan, le Pays Voironnais, la Métro …

Plutôt que créer une nième instance administrative, un syndicat mixte chargé de coordonner les AOT, mieux vaudrait dissoudre l’AOT du Grésivaudan et transférer son réseau (avec les ressources financières associées) au Conseil Général.

En 2014, à l’occasion des élections municipales, lecrollois.fr a publié 80 idées pour Crolles. L’idée n°73 portait sur le choc de simplification. Bien sûr, nous y parlions de transport :

Simplifions l’organisation des transports en commun, en commençant par dissoudre l’Autorité Organisatrice du Grésivaudan. Les bénéfices seront rapides sur la signalétique, la tarification, la billettique, l’information voyageurs, la conception des horaires, l’exploitation du réseau.

http://www.lecrollois.fr/archive/2014/03/17/idee-n-73-le-choc-de-complification-2998054.html

En 2015, Emmanuel Wormser revient sur le sujet :

http://www.lecrollois.fr/archive/2015/11/22/quand-les-usagers-veulent-se-deplacer-le-gresivaudan-s-occup-3060695.html

Promouvoir les déplacements sans voiture, ce n'est pas seulement mettre en place des lignes de bus : c'est proposer une offre de service complète permettant effectivement que les transports en commun soient attractifs.

Et une question qui devient de plus en plus cruciale au fil de nos articles (voir et par exemple) : l'AOTU du Grésivaudan est-elle vraiment un outil au service des usagers ou une médaille de plus accrochée au revers de la veste de nos élus ?

En aout 2018, nos grandes oreilles nous apprennent qu’on s’approche du but.

http://www.lecrollois.fr/archive/2018/08/28/tougo-la-communication-selective-3113655.html

En attendant (soyons patients) une autorité organisatrice unique pour les transports urbains de la région de Grenoble, je me réjouis de voir que la plaquette TouGo présente l’offre de transport sur le territoire du Grésivaudan, en intégrant les lignes Express gérées par TransIsère (le département par délégation de la région) et les lignes de l’agglo gérées par la Métro (notamment la ligne C1).

Tout vient à point à qui sait attendre.

Francis Odier, 10 octobre 2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.