Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 janvier 2020

Nouvel air

10 ans ! 10 ans que j'écris sur un blog, d'abord edgarie, puis notre bon crollois où, avec les compères, nous donnons les nouvelles de la ville, avec les éclairages sur les aspects sombres ou cocasses de politique locale que l'on cherche en vain dans la communication officielle.

Avec les détours que la vie réserve, mon horizon se transforme peu à peu et je rejoins d'autres champs à cultiver. Mon écriture crolloise se fait distante, non par manque de crolleries à raconter, le changement de maire et de quelques adjoints n'ayant pas tari les turpitudes municipales, mais par renouvellement de l'inspiration. 

L'habitude, qui nous joue des tours, me fera sans doute écrire des lignes sans surprise sur le bilan du mandat 2014 - 2020 de la municipalité. On en connaît les mots clefs, les faits et méfaits marquants que je vous épargne aujourd'hui pour faire durer l'esprit de Noël. Enjambant le diagnostic pour lequel je connais le peu d'appétence du public, j'en viens aux conclusions et donc à l'essentiel. Voici Dostoïevski : "La beauté sauvera le monde". En attendant, Crolles s'est perdue dans la laideur.

La beauté, source du bien, chemin du bon, sommet de l'idéal. 

Dans la Chine classique, si lointaine que les concepts et le réel s'y fondent dans les brumes, les lettrés nous donnent la voie d'un programme électoral désirable : la poésie et la peinture tiennent la place suprême de l'accomplissement humain, l'esthétique et l'éthique vivent en symbiose.

Plus proche de nous, Romain Gary approuve : "Je ne crois pas qu'il y ait une éthique digne de l'homme qui soit autre chose qu'une esthétique assumée de la vie".

Pour 2020, souhaitons que la complicité avec la nature, prélude à la vie belle, soit présente chaque jour.

Francis Odier, 11 janvier 2020

Lire : Cinq méditations sur la beauté, par François Cheng.

2020fin des pesticides de synthèse en France.png