Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 janvier 2018

Hommage au Père Alloua

Le père Alloua, ancien curé de Crolles et grande figure locale, vient de nous quitter.

En hommage, nous vous invitons à relire l'article que Claude Muller lui avait consacré en avril 2013, alors qu'il venait de prendre sa retraite.

Soyons reconnaissants au père Alloua de sa vie au service des autres, et en particulier de son rôle décisif dans la création de l'Abri sous la Dent

 

L'église de Crolles et le père Alloua, notre père...

Le père Alloua, comme les Crollois avaient pris l'habitude de l'appeler depuis plus de 40 ans, était leur curé. Il vient de prendre une retraite bien méritée. C'est pour le Crollois, l'occasion d'ouvrir un dossier sur notre église et de tracer le portrait de notre père.

Un curé de village, le père Alloua
Il est né en 1926. "Heureusement, ma santé m'a permis de rester longtemps en activité" A 80 ans, il logeait encore dans la cure il y a peu et occupait sa retraite en lisant des livres d'histoire. Il remplaçait encore le curé de la paroisse en cas de besoin et surtout s'occupait des malades. Albert Alloua est né d'un père Ardéchois et d'une mère Dauphinoise. Il a passé toute son enfance à Villeurbanne. C'est à cette époque qu'il a acquis "sa conviction chrétienne" et a "choisi sa voie". Albert Alloua 300.jpgCurieusement, cette banlieue de Lyon dépendait du diocèse de Grenoble. Alors, plus tard, il a rejoint le séminaire de Voreppe. "Dans la promotion précédente, j'avais un camarade beaucoup plus fervent et pieux que moi" nous a raconté le père Alloua," c'était Paul Jargot". Le jeune Albert s'inscrit ensuite au grand séminaire de la Tronche. "Tout au long de ma vie d'étudiant, je n'ai jamais douté de ma foi, mais il m'est arrivé de remettre en question mon engagement de prêtre". Il se demandait si cette voie répondrait à ses aptitudes. "J'étais parfois attiré par d'autres choix personnels et professionnels". Il cherchait sa place dans la société. Fallait-il opter pour un autre métier "comme tout le monde, dans le laïc". Finalement, il choisit de "servir Dieu". Il est ordonné prêtre en 1953. Le père Alloua exerce son premier apostolat à Grenoble, en tant que vicaire entre 1954 et 1960. Puis, il est trois ans curé de trois petites communes du Chambaran. En 1963, lorsque le Vicaire général lui propose de venir exercer son ministère à Crolles, il n'imagine pas que ce pays deviendrait "son pays".

int eglise 300.jpgLe père Alloua, un curé pour Crolles
"Comme vous avez bien connu Paul Jargot au séminaire, vous serez bien accueilli à Crolles.". Ce sont les mots du vicaire général en 1963 au père Alloua. Il faut dire que les rapports entre "la communauté paroissiale et la commune avaient connu quelques passages difficiles" et que plusieurs prêtres avaient refusé le ministère. Mais le père Alloua accepte. "Les communautés se sont bien accordées, par la suite" nous a-t-il raconté. "Je me suis toujours bien entendu avec Paul Jargot". Malgré les opinions communistes du maire et du sénateur qu'il était devenu, "Paul a toujours gardé la foi chrétienne". Albert Alloua se plait à Crolles, "dans cette ville où il fait bon vivre". S'il ne devait retenir que deux actions parmi toutes celles qui ont marquées cette période, il raconterait d'abord la création de l'Abri sous la Dent. "Je recevais et j'hébergeais dans la cure des routards ou des gens de passage. Je les aidais assez souvent." Lorsqu'il a exprimé le désir que la collectivité organise un lieu pour les accueillir, "j'ai vu avec plaisir se monter cette association. Elle a commencé très modestement. Aujourd'hui, elle est devenue un centre très organisé et fonctionnel." La deuxième action qui a marqué cet infatigable homme de paix et de dialogue, ce sont les réunions de jeunes. Elles étaient organisées à Crolles et à Bernin à partir des années 1970. "Elles sont devenues des lieux d'échanges très riches avec les jeunes ménages". On y parlait des problèmes de la vie avec des intervenants documentés, éducateurs, médecins… "Monseigneur Gaillot est même venu deux fois à Bernin". D'autres réunions de jeunes foyers ont contribué à la création du noyau très actif de cette communauté.

creche 550.jpg

Claude Muller

Publié le 3 avril 2013

http://www.lecrollois.fr/archive/2013/04/02/l-eglise-de-crolles-et-le-pere-alloua-notre-pere.html

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.