Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 août 2018

Nicolas Hulot et le mythe de l'homme providentiel

L'actualité nationale me suggère ce billet sur des questions qui concernent aussi la démocratie locale.

Dans son interview de démission, Nicolas Hulot tient des propos surprenants, et surtout décevants, sur la démocratie. A plusieurs reprises, il déplore son isolement. Il dénonce les lobbyistes dans les cercles du pouvoir. Il se demande où sont ses troupes. Il critique l'opposition incapable, selon lui, de se hisser au-dessus de la mêlée. Il met en cause, globalement, "la société". Il redit son admiration pour Emmanuel Macron et Edouard Philippe.

Avec ce discours, il reprend, hélas et sans doute malgré lui, le mythe de l'homme providentiel, sans rien ni personne entre lui et la société, vue comme un tout homogène. Nicolas Hulot n'a pas un mot pour le mouvement associatif, pour les myriades de militants qui agissent pour la transition écologique, pas un mot sur les parlementaires, leur rôle et la diversité de leurs votes. Ainsi, il ignore un principe démocratique de base : les orientations politiques du pays sont choisies lors des élections. Il n'y a pas une société unique, indifférenciée et indifférente aux enjeux écologiques. Il y a des divergences de points de vue et des conflits d'opinions qui sont arbitrés lors des élections, aussi imparfaites soient-elles ; il y une majorité élue pour gouverner selon des lignes directrices énoncées lors de la campagne électorale (orientations plus ou moins clairement affichées, mais jamais totalement masquées). Dès lors, il y a comme une grande naïveté, et surtout un déni démocratique, à sembler découvrir, un an après, qu'il "n'a pas réussi à convaincre" et qu' "on s'évertue à réanimer un modèle économique qui est la cause de tous les désordres" car le modèle économique mis en œuvre par le gouvernement est bien celui annoncé par Emmanuel Macron et les candidats En Marche dans la campagne électorale. Emmanuel Macron a très peu parlé d'écologie pendant la campagne électorale et n'a pas de mandat électoral pour changer de modèle économique ou pour donner une quelconque priorité aux enjeux environnementaux. Le fait qu'il est choisi Nicolas Hulot comme ministre ne change rien à cette situation factuelle, que tout le monde connaissait, à commencer bien sûr par Nicolas Hulot lui-même.

L'écologie, l'environnement, la transition énergétique, le réchauffement climatique ... sont des sujets politiques, à appréhender tels quels avec nos mécanismes institutionnels. Ce qui n'enlève rien à la responsabilité individuelle. On ne fera pas avancer le sujet en dénonçant les lobbyistes (légaux et légitimes) et l’inévitable pression du court terme. Mieux vaudrait reconnaître qu'il y a des niveaux de conscience et des rapports de force qui, pour l'instant, ne sont pas favorables à la prise en compte suffisante des enjeux environnementaux.

L'échec de Nicolas Hulot (je crois qu'il y a consensus sur ce mot d'échec vis à vis de sa participation au gouvernement) illustre aussi le mythe du "changement de l'intérieur" : on ne change pas, on ne fait pas évoluer une politique ou un groupe "de l'intérieur". Un minoritaire qui rejoint un groupe dans le but de le réorienter ou de l'influencer s'expose à l'impuissance, à la marginalisation ou à l'assimilation. On trouvera bien sûr des exceptions. Mais je crois que la règle est assez solide et s'applique dans de nombreux domaines et lieux, y compris, bien sûr, dans nos municipalités et nos exécutifs territoriaux : un corps social est fondamentalement stable et conservateur, le changement vient de l'extérieur.

Pour Nicolas Hulot, la messe est dite, l’histoire ne repassera pas. Il sort du rêve, revient sur terre, à la réalité, et nous rejoint, nous citoyens tenus en marge du pouvoir et cherchant malgré tout à promouvoir nos idéaux, ici, maintenant et pour les générations futures. Notre vocation est là : se tenir éveillé, ouvrir des brèches, construire des alternatives, faire pression, bousculer l’ordre établi, témoigner et encourager par ses actes, se relier et se rassembler … pour cultiver des énergies collectives aux mille noms (groupes, tribus, mouvements, courants, majorités ….) qui, furtivement et par soubresauts imprévisibles, orienteront le cours chaotique des événements.

Francis Odier, 29 août 2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.