Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 janvier 2014

Idée n° 24 - pour améliorer les réunions

Idée : réconcilier l’oral et l’écrit

Proposition : pour les réunions municipales et publiques, développer la place de l’écrit, sortir de la monoculture de l’oral.

bla bla EmFHp_WNx4pHgmefd8RDZoylrSs.jpg Les réunions publiques d’information ou de « concertation » se déroulent très souvent selon le même schéma : le discours introductif du maire, les explications du technicien ou le discours d’un invité extérieur, les interpellations de ceux qui ont un intérêt privé dans le sujet discuté, les interventions de ceux que l’on nomme parfois (pour leur assiduité) les toujours-les-mêmes, une question spontanée d’un nouveau venu, la conclusion et l’invitation du maire à venir à la prochaine réunion, le buffet final.

Presque tout se fait « à l’oral ». Dans ce schéma, je propose de ne conserver que le buffet final. Pour le reste, tout est à revoir en renforçant la place de l’écrit.

La proposition est de mieux combiner l’oral et l’écrit. Je dis bien, l’oral et l’écrit. Sans écrit, survol garanti, pas de transparence, pas de participation de ceux qui n’ont pas le temps de venir aux réunions, pas de rationalité collective. Sans oral, exclusion de ceux qui ne sont pas aficionados de l’écrit, perte de spontanéité, renoncement à l’humanité.

En pratique :

logo j aime crolles - petit.jpgAvant chaque réunion publique, publier (sur le site web de la commune) un document préparatoire rassemblant les informations essentielles à connaître pour se forger un avis et participer à la réunion.

Inciter les volontaires à faire des commentaires et propositions écrites. Les publier.

Publier rapidement des compte-rendus, aussi exhaustifs que possible, des réunions publiques.

Francis Odier, 12 janvier 2014 - Idée pour les réunions.pdf

Lire la suite

27 décembre 2013

Idée de Noël (n° 15) : favoriser la coopération

Idée de Noël : favoriser la coopération

 Noël, paix sur la terre et entre les hommes … Quel que soit l’ancrage culturel de chacun, qui ne partage pas cet idéal de paix ? Mais comment le traduire en une proposition concrète pouvant s’inscrire dans la campagne 100 idées pour Crolles ?

Agir avec ceux qui ne pensent pas comme nous, donner du crédit à nos interlocuteurs, adopter une approche altruiste … voilà qui serait novateur !

Sourire - selon Matthieu Ricard.jpgComme exercice d’échauffement, je suggère la lecture de Mathieu Ricard - www.matthieuricard.org/ - à qui j’emprunte cette photo de femme médecin de l'est du Tibet (Tibet oriental, 2010).

Peut-être avez-vous déjà lu son Plaidoyer pour l’altruisme ? Il est partout en librairie.

L’altruisme lui-même me parait peu accessible comme objectif politique. Restons-en à la coopération.

Le besoin de coopération est d’autant plus impérieux que la société est gouvernée, à l’inverse, par la compétition. Le libéralisme, le marxisme, les médias, le système scolaire dit « républicain » sont profondément imprégnés de l’esprit de compétition : concurrence, compétitivité, lutte des classes, joutes oratoires, star ac’, classement, concours, filières d’excellence etc. La compétition est partout, et à Crolles aussi … mais je n’insiste pas pour rester constructif.

J’en viens aux idées concrètes.

logo j aime crolles - petit.jpgCoopérer avec les entreprises : réorienter la politique économique pour privilégier les investissements dans des coopératives de production.

Coopérer avec les consommateurs en favoriser la création d’une coopérative de distribution (une épicerie coopérative, un magasin distribuant majoritairement des produits issus du monde coopératif). Je verrais bien une coopérative remplacer Lidl.

Coopérer avec les propriétaires pour accélérer la rénovation énergétique de l’habitat.

Coopérer avec les habitants en investissant dans des coopératives d’habitant.

Coopérer avec les associations sans chercher à les contrôler.

Coopérer avec les opposants en les invitant sur une liste d’Union Locale et en leur confiant des responsabilités dans la vie de la commune.

Rester neutre avec le sport de compétition (ni aide, ni interdiction, comme dans une sorte de laïcité étendue).

En résumé, je propose que la commune ne crie pas avec les loups, n’en rajoute pas une couche sur l’omniprésence de la compétition, ne saupoudre pas ses aides, mais oriente son action propre afin de créer un effet d’entraînement favorable à la coopération.

Francis Odier, 26 décembre 2013

Lire la suite

23 décembre 2013

Idée n° 13 Idée suisse

Idée suisse

logo j aime crolles - petit.jpg J’aime la Suisse.

Pas seulement car mes ancêtres y ont trouvé refuge alors qu’ils étaient pourchassés pour leurs opinions religieuses minoritaires.

Pas seulement pour ses cars postaux qui desservent le moindre village et dont nous ferions bien de nous inspirer.

Pas seulement pour son réseau ferroviaire magnifique et conçu avec économie.

Pas seulement pour son chocolat et son fromage.

Pas seulement pour Nicolas Bouvier et son Usage du Monde.

Pas seulement pour Jean Ziegler, précurseur parmi les altermondialistes, qui  déclara avec raison que « l'agriculture mondiale peut aujourd'hui nourrir 12 milliards de personnes [...]. Il n'existe donc à cet égard aucune fatalité. Un enfant qui meurt de faim est un enfant assassiné » et « Les spéculateurs devraient être jugés pour crime contre l’humanité ».

Voilà, j’aime la Suisse pour ses institutions, pour sa décentralisation, pour la discrétion dans laquelle elle maintient ses dirigeants fédéraux, à l’exact contraire de notre culture monarchique.

 Alors, il faut piquer les bonnes idées suisses, en commençant par le principe de la votation.

démocratie suisse.jpg Vous avez deviné quelle est la proposition : organiser des référendums locaux pour toutes les questions un tant soit peu importante.

Au début, l’idée sera perçue comme étrange. « Quoi ? Décider par référendum si nous construisons des tennis couverts ou si nous déménageons la déchetterie ? Mais c’est absurde ! Quel populisme ! ». Mais, très vite, je le parie, la greffe va prendre. Nous deviendrons fan du référendum et nous rirons, rirons, de ces temps anciens où les décisions étaient prises dans le secret d’un bureau au 1er étage de la mairie.  

Francis Odier, 22 décembre 2013

22 décembre 2013

Idée n° 12 Une demande en mariage

Bernin, notre fiancée, accepteras-tu Crolles en mariage ?

Le mariage, parfois perçu comme une institution désuète, est revenu récemment sur le devant de la scène et il s’offre maintenant à tous. J’en profite pour exprimer publiquement une demande en mariage, après des années d’amours discrètes.

crolles - bernin.jpg Le savez-vous ? Les géographes et les statisticiens nous ont déjà mariés ! Selon l’INSEE, Crolles-Bernin est une seule unité urbaine car nos deux villes sont adjacentes, en parfaite continuité urbaine.

Les urbanistes, aménageurs et politiques qui ont élaboré le SCOT, Schéma de Cohérence Territoriale de la région de Grenoble, nous voient toujours ensemble. Ils parlent de la zone économique de Crolles-Bernin, du grand pôle d’activité Crolles-Bernin, du pôle d’emploi Crolles-Bernin etc.

L’avez-vous remarqué ? Les crollois sont toujours bien reçus dans les commerces de proximité de Bernin. Bon nombre de berninois se rendent à Crolles, dans nos associations, dans nos commerces, comme s’ils étaient chez eux. Nous avons des projets en commun : l’aménagement des berges du Craponoz, les tennis couverts, l’échangeur dit Crolles II qui est sur la commune de Bernin … Il se murmure que des berninois lisent lecrollois.fr …

Beaucoup en sont convaincus : il faut simplifier le millefeuille territorial, les communes doivent faire des économies, la mutualisation (mise en commun) de moyens entre communes devient indispensable.

Logo fccb.jpg Nous sommes fiancés depuis bientôt 70 ans. Alors, passons à l’acte : marions-nous !

Autrefois, ce mariage était impensable. L’une était à gauche, l’autre à droite. L’une était riche et gardait jalousement sa fortune, l’autre peinait à attirer les entreprises. Mais le mur de Bernin a fini par s’écrouler. Nos deux municipalités sont centristes, ou ailleurs, peu importe, elles ne sont ni de droite ni de gauche. La taxe professionnelle a disparu, supprimant bien des querelles. Bernin grossit, s’industrialise, rénove son centre-ville.

Dans quelques mois, une nouvelle salle festive sera disponible. Tout est prêt pour la noce.

En pratique : annoncer nos fiançailles avec un bal musette sur le pont du Craponoz, organiser deux logo j aime crolles - petit.jpg réunions publiques mixtes à l’invitation conjointe des deux  municipalités (une réunion dans chaque ville) ; animer la concertation sur cette idée de mariage ; élaborer un projet de rapprochement, voire de fusion, en étudiant notamment les services municipaux qui pourraient être mis en commun et les dispositifs démocratiques à créer pour renforcer la proximité entre les élus et la population (je pense en particulier à des comités de quartier), décider par référendum des suites à donner.

Comment nommer cette nouvelle commune ? Je propose Craponoz, le ruisseau qui désormais nous unit. Nous serons les craponais, ce qui ne manquera pas d’amuser nos voisins qui nous remercierons jusqu’à la fin des temps de leur donner ainsi un prétexte de rigolade.

Francis Odier, 21 décembre 2013

Lire la suite

14 décembre 2013

Idée N°4 Le moulin à mémoire

 

idee v2.jpgLes Crollois de souche peuvent se compter sur les doigts d'une main...ou presque. C'est pourquoi, il est devenu indispensable de raconter, dans un musée vivant, l'histoire de leur ville aux Crollois d'adoption. Pour cela, je propose que le Moulin des Ayes devienne leur nouveau lieu de mémoire. Voir l'article Le moulin des Ayes, l'histoire perdue

 

Moulin 250.jpgCe bâtiment racheté par la commune en 1999 a été ensuite restauré au goutte à goutte par les différentes municipalités. Aujourd’hui, il est ouvert au public...une heure par an, c'est vous dire l'entrain mis dans ce chantier. Pourtant ce moulin symbolise à lui seul l'histoire de Crolles. En racontant le passé paysan de notre cité, ce lieu permettra de donner une âme à Crolles. Il abritera un éco musée centré autour de la vie paysanne d'autrefois, il sera un centre de ressource patrimonial pour tous les Crollois, petits et grands, ses installations meunières (grain et huile) seront enfin remises en état de marche, son parc deviendra un espace ou reconstitution historique, "jardin simple" et fête rendront vivante la vie culturelle de notre cité.
Claude Muller

 

13 décembre 2013

Idée N°3 Des vœux inutiles

idee v2.jpgComme l'a fait le Conseil Général de l'Isère, il faut supprimer toutes les cérémonies de vœux des différentes collectivités de la vallée. Depuis bien longtemps, ces réjouissances sont tombées en désuétudes. Devenues obsolètes, elles ne rassemblent plus du tout la population. Elle servent au mieux de faire-valoir aux élus en mal de réélection et au pire de vitrine aux collectivités locales en mal de publicité.


Je propose que l'argent ainsi économisé sur l'achat de petits fours et autres viennoiseries soit utilisé pour construire une nouvelle chambre afin de pouvoir accueillir plus de SDF à l'Abri sous la Dent. Claude Muller

 

03 octobre 2013

La représentation des minorités

La représentation des minorités

Lire est un bonheur. Ami lecteur, fidèle ou de passage, nul ne sait de quoi tu te nourris parmi littérature, poésie, mangas déjantés, brèves de comptoir, presse libérée, enchaînée ou martyrisée. Je te conseille un intermède dans tout cela. Une lecture rare, instructive comme peut l’être un vieux parchemin soigneusement archivé dans une abbaye paisible.

Connais-tu les procès-verbaux du conseil municipal de Crolles ? Ils sont publics. Souvent filtrés, toujours épurés, ils persistent néanmoins comme des traces vivantes de notre histoire locale. Avec un peu d’entraînement, on découvre parfois, en époussetant les scories, en grattant la langue de bois qui encrasse le texte, quelques pépites qui éclairent les présupposés profonds enfouis dans les cervelles de nos élus.

En voici un exemple. Simplissime. Lumineux.

En tete PV 6 juillet 2012.png

Lire la suite

Réforme des rythmes scolaires - encore trop tôt pour le bilan

Réforme des rythmes scolaires – encore trop tôt pour le bilan

En ce début octobre 2013, on pourrait croire que les médias nationaux se sont donnés le mot. Les critiques tombent comme à Gravelotte sur la mise en œuvre souvent chaotique, parfois calamiteuse, des nouveaux rythmes scolaires. Les enfants seraient perturbés, fatigués, déboussolés … le tout pour des activités à valeur éducative limitée. Drapé dans sa dignité de gardien de l’Ecole de la République, le ministre rend coup pour coup, accuse ses contradicteurs d’intentions partisanes et défend bec et ongle l’idée que la réforme est fondatrice et engage la rénovation du système éducatif.

A Crolles, où en sommes-nous ?

rubik cube imagesCA31BR6L.jpg

Lire la suite

06 juillet 2013

Les 10 ans du Conseil de Développement du Grésivaudan

Invitation 10 ans conseil de développement.jpg L’invitation était attractive : Le Conseil de Développement du Grésivaudan fête cette année ses 10 ans ; une décennie de proposition, d’action et d’investissement dans la vie de notre territoire : Le Grésivaudan (…) Nous débattrons ensemble autour du thème : Quelle participation citoyenne dans le Grésivaudan ? - http://www.cdgresivaudan.fr/.

C'était le 2 juin 2013, à l' Eco-festival de Lumbin. En voici un compte-rendu.

Lire la suite

10 juin 2013

Trop Fort !

J’ai participé à une réunion publique organisée par la municipalité : samedis citoyens sur le futur « quartier durable » de Crolles en tant que simple citoyen voulant m’informer et éventuellement m’exprimer.

Réunion classique sur Crolles avec une très faible participation des habitants, beaucoup d’élus et de techniciens (de la municipalité et bureaux d’études).

Echanges difficiles quand on exprime un tout petit peu de critiques, inaudibles par l’élu animant la réunion … réaction épidermique d’autres élus… rien de nouveau sous le ciel crollois.

Mais le plus surprenant (je suis encore pleins d’illusions*) est le compte rendu de cette réunion dans le journal municipal de Crolles (juin 2013 page 8).

En effet le but de ces réunions est bien sûr de donner un grand espace à l’expression citoyenne, mais celle-ci se résume en 8 mots dans l’article (citation néanmoins importante sur la place de la voiture).  Le reste étant ponctué par des citations exclusives du discours citant Bernard Fort (adjoint en charge du dossier et animant la réunion) : introduction, réponses aux questions et enfin conclusions …

Vraiment trop Fort !

Didier Deplancke

* : j’envisage même d’aller « évaluer » l’agenda 21 de Crolles le 13 juin !