Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 janvier 2016

Le choix de la grande distribution

L’enquête publique sur la modification du PLU de Crolles est clôturée. Tous les documents sont en ligne sur le site web de la commune. D’ici un ou deux mois, nous aurons l’avis du commissaire enquêteur.

Le cœur du sujet est l’urbanisme commercial. La municipalité propose d’autoriser l’installation de surfaces commerciales jusqu’à 3000 m2. Vous verrez en pièce jointe l’avis de Trait d’Union (nous proposons un seuil maxi de 1500 m2) et un courrier du maire expliquant pourquoi ce seuil de 3000 m2 a été retenu.

Il y a un débat juridique : quel est le seuil minimum possible tout en respectant l’exigence de compatibilité avec le SCOT ? Il y a surtout un débat politique : que voulons-nous pour la ville et quels moyens nous donnons-nous pour cela ?

Faut-il d’autres grandes surfaces à Crolles ? La municipalité dit Oui, je dis Non.

Casino et voitures.JPG 

A la fin de la campagne électorale 2014, j’avais publié un billet intitulé « Choisir ». C’était l’idée n° 75. La proposition, simple mais qui reste hors d’atteinte à Crolles, était d’organiser la discussion politique autour des alternatives disponibles, des choix possibles : « énoncer les raisons du choix, énoncer et argumenter publiquement les choix possibles, formaliser et diversifier les techniques de choix, rendre visible les processus de choix, maintenir la réversibilité des choix le plus longtemps possible (…) »

Cette problématique du choix est centrale dans le cas présent de la modification du PLU. La municipalité nous explique qu’elle n’a quasiment pas le choix du seuil de 3000 m2 : « la commune s’est attachée à mettre en œuvre le SCOT ». Si le SCOT imposait le PLU, l’enquête publique puis, bientôt, la discussion et le vote en conseil municipal seraient sans objet ! Mais, rassurez-vous, tel n’est pas le cas. Les marges de manœuvre et le pouvoir de choix de la commune en matière d’urbanisme restent considérables. Car la loi impose seulement que le PLU soit compatible avec le POS.

C’est pourquoi, au vu du projet de modification du PLU, nous pouvons dire, écrire et dénoncer que la municipalité fait le choix de favoriser le développement de la grande distribution, sans l'assumer, en s'abritant derrière le SCOT qu'elle a contribué à établir lors du précédent mandat.

Lire la suite

03 décembre 2015

Quand l'introversion de la commune de Crolles fragilise les procédures qu'elle engage

Il était une fois une procédure allégée permettant de faire évoluer le plan d'urbanisme communal en évitant toute concertation préalable. Parce que ce procédé contreviendrait au principe de la participation du public aux décisions ayant une incidence sur l'environnement décrit à l'article 7 de la Charte constitutionnelle de l'environnement, un décret a rendu communicable au public le dossier de modification avant même la tenue de l'enquête.

acheteurs-en-colere_logo.jpgMalgré ces dispositions empreintes de bon sens constituant une garantie pour le public, la commune de Crolles, fidèle au culte qu'elle voue au secret -à ce point d'ailleurs, on peut se demander si un tel comportement ne contrevient pas au principe de laïcité !- n'a communiqué ces documents que... deux jours avant le début de l'enquête publique.

 

Le dernier alinéa de l'article R. 123-9 du Code de l'environnement dispose que "Toute personne peut, sur sa demande et à ses frais, obtenir communication du dossier d'enquête publique auprès de l'autorité compétente pour ouvrir et organiser l'enquête dès la publication de l'arrêté d'ouverture de l'enquête."  

Le 9 novembre dernier, Monsieur le Maire signait un arrêté municipal pour une enquête publique organisée du 30 novembre au 29 décembre 2015 en vue de la modification du plan local d'urbanisme, soit disant pour réguler les grands commerces sur le territoire communal (nous y reviendrons !). Le 13 novembre, je demandais, sur le site de la mairie, que me soit adressé en retour, sous forme numérique par mail ou par mise à disposition sur une plateforme de téléchargement, copie du dossier qui serait soumis à enquête publique.

ET... il a fallu attendre le vendredi 27 novembre pour qu'on m'annonce que les documents réclamés étaient mis à ma disposition à l'accueil sur un CD-ROM. Dès le lundi, les mêmes documents étaient en ligne sur le site de la commune.

Les modalités de cette communication tardive ne peuvent pas être involontaires; elles montrent l'indifférence de la collectivité à l'égard

  • de la participation du public qu'elle a ici rendue impossible avant le démarrage de l'enquête le lundi suivant, a fortiori en refusant une communication par voie électronique malgré les termes du c) de l'article 4 de la loi de 1978.
  • des procédures-mêmes qu'elle engage pour modifier son document d'urbanisme, sans crainte d’entacher leur légalité par un comportement qui continue, heureusement, d'indigner !
  • et finalement de la loi comme de ses auteurs en oubliant systématiquement l'intention qui sous-tend les règles qu'ils édictent.

Un jour, peut-être, d'aucun relèvera que la commune, ses élus et son administration, doivent -par essence- être au service des administrés et non seulement assurer mais même garantir le strict respect de leurs droits...

Emmanuel Wormser

09 octobre 2015

Abattage des bouquetins dans le Bargy: "C'est un massacre"

Le Crollois ne peut pas laisser passer !

Ça se passe juste au bout de la vallée...

Quand l’État prend des mesures dont les résultats seront sans doute exactement contraires à l'objectif sanitaire visé... il fait la course avec les tribunaux... pour que ne soit pas tranchée la légalité des décisions avant que le troupeau n'ait été abattu...

Que dire ?

bouquetins.png?

Les bouquetins : interview de Jean-Pierre Crouzat

et

En direct du massif du Bargy

Emmanuel Wormser

04 septembre 2015

Notre énergique député s'en est allé

Il est parti comme un voleur, sans tambour ni trompette, en catimini, sans même un pot d'adieu où il aurait invité ses plus fidèles opposants .... Le Monde du 2 septembre nous dit qu'il fait profil bas, ce qui n'était pas son habitude.

Alors, son remplaçant assume et nous écrit un double éloge, pour François Brottes et pour lui, Pierre Ribeaud.

La dithyrambe passe, mais le fait du prince demeure.

Il est un peu tôt pour regretter notre ex-maire. Mais je veux déjà le remercier d'avoir été un modèle, un exemple de ces hommes politiques habiles manœuvriers, robustes, chefs inamovibles d'apparence ronde et cordiale ... que mes chers concitoyens aiment tant élire et réélire.

Chemin TU - ruban.JPG

Allons, un député s'en va, vive le député !

Bienvenue, monsieur le Député. Soyez au service du pays, ancré dans le réel, ayez l'audace d'avoir vos propres idées, cultivez le pluralisme, restez libre de tout parti, œuvrez pour l'avenir, la jeunesse, la fraternité ... et lecrollois.fr sera avec vous.

Francis Odier, 4 septembre 2015

06 août 2015

CIGEO : l'amendement malfaisant du député Brottes saute !

Pour certains, nombreux, la nomination du député Brottes à la tête de RTE relève de l'entourloupe et du copinage...

Faut-il pour autant regretter ce départ des fonctions législatives d'un élu manifestement faché avec la Constitution ?

Lire la suite

30 juillet 2015

Brottes président de RTE

Brottes président de RTE

L’information circulait depuis plusieurs semaines, mais était qualifiée de rumeur par l’intéressé. Sachant bien que sa nomination comme président de RTE soulèverait des critiques sévères, François Brottes maniait l’esquive pour gagner du temps et occulter le débat de fond.

Maintenant, nous y sommes. La presse en parle, s’interroge, crie au scandale. Je n’ai encore rien lu justifiant le choix de confier la présidence d’une telle société nationale à notre député qui, aujourd’hui encore, préside une commission parlementaire ayant autorité sur la société dont il ambitionne de prendre la direction.

Lire la suite

08 juillet 2015

Hautbois et musettes, ne jouez plus : la concertation à Crolles, ce sera plus tard et pas sur tout

Souvenez-vous, c'était il y a seulement 6 mois : un article plein d'espoir annonçait "la concertation maintenant !".

La vigilance s'imposait à l'époque...

Aujourd'hui, pour ceux y croyaient, c'est la déception qui l'emporte : que reste-t-il dans le champ de la concertation sur le projet de ZAC Quartier Durable, toujours annoncée sur le site municipal ?

Lire la suite

23 juin 2015

Points d'apport volontaire : retour [déçu] de réunion... d'un autre quartier

Montfort a eu droit à sa réunion : le 9 juin, c'était au tour du "bourg" d'écouter la bonne parole !

crolles-point-apport-volontaire.jpgJ'y allais avec le sourire, bien décidé à me laisser convaincre par cette démarche annoncée comme innovante et riche d'avantages

Las, j'ai passé trois heures dans une réunion aux accents parfois surréalistes démontrant une impréparation désarmante de ceux qui présentaient ce projet à des habitants  venus avec des questions toutes simples ... et repartis avec des non-réponses très complexes.

Parmi les arguments annoncés en faveur du projet, une amélioration des conditions de travail pour le ramassage, une stabilisation de coûts de collecte par une baisse rapide des charges de personnel, une réduction du nombre de tournées et la participation de la collectivité à la baisse des émissions de gaz à effet de serre, notamment produits par les camions.

Lire la suite

05 juin 2015

Points d'apport volontaire : retour de réunion...

Mercredi 20h30, moi, citoyen du Brocey, je me propulse sans angoisses, à la réunion collecte des déchets de Montfort.

crolles-point-apport-volontaire.jpgAprès un petit coup d'eco-blabla,sans grandes convictions, avenir de générations future, et d'empreinte carbone, on apprend que la comcom à décidé (unanimité moins 4 abstentions) en 2013 de faire des économies sur la collecte des ordures ménagères en instituants les PAV ( points d'apports volontaires pour 3/400 habitants).

Donc tout est dans le" tube", et reste à décider entre experts de l'emplacement physique des PAV, parce que c'est très pointu techniquement (et aussi parce que l'emplacement se fera sur des parcelle communautaires, sans nécessité d'expropriation...  expérience, expérience....!).

Mais une forte dose de pédagogie sera perfusée à chaque apprenant. Je vous passe la diversité des débats ( en grande partie initiés par Mézigue, pour sortir de Cloche-merle...): statuts des personnels, dépenses au cours de la (longue) période transitoire, du plus trivial (débordements..) au plus complexe, l'hygiène, les mouches...

Puis ce furent les diverses questions: traversée sur Brignoud ( bloquée ad eternam pour dépollution...la plaine à 50 pour enfin pouvoir verbaliser après de longues incitations pédagogiques; les nomades, le petit village vers l'autoroute et le Raffour......etc etc

Bref une bonne petite pièce de boulevard à recommander pour les quartiers suivants....en compagnie cette fois d'un(e) membre de l'opposition?

Daniel Colin

 

PS : les dates de celles qui restent

-    Mardi 9 juin : Le Bourg,
-    Jeudi 11 juin : Fragnes
À 20h30 – A l’Atelier (salle festive)

22 mai 2015

Crolles sous les projecteurs du juge financier... Chap. 1: la transparence

 

Accueil.png

 

 

Le  "RAPPORT D’OBSERVATIONS DÉFINITIVES ET SES RÉPONSES, Commune de Crolles (38), Exercices 2008 à 2012"  a manifestement ébranlé la municipalité : comme à un tubard qui s'est débarrassé de ses B.K. et à qui l'on fait une IDR -les plus anciens comprendront et j'invite les plus jeunes à lire Alphonse Boudard pour apprécier la métaphore-,  nos zélés zélus ont développé une réaction inflammatoire aigüe qu'ils ont cru pouvoir circonscrire en allumant un contre-feu respectant parfaitement tous les canons de la communication de crise.

Les améliorations récentes avancées par la commune dans son discours  répondent-elles aux critiques de la Chambre régionale ? Une démarche sincère de progrès peut-elle être envisagée tant que la commune ne reconnaît pas explicitement les erreurs passées et les problèmes de fond soulevés ? Finalement, peut-on avoir pleinement confiance dans les améliorations apportées ici ou là par des zélus apparemment convaincus que le rapport exprime un satisfecit global ?

Le thème du premier chapitre de notre chronique s'impose alors de lui-même : que pense la chambre régionale des comptes de l'information financière locale ?

Lire la suite