Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 décembre 2014

Les tennis couverts bougent encore

Les tennis couverts de Bernin-Crolles ont le triste privilège d'appartenir à la longue liste des projets inutiles et couteux qu'il faudra bien arrêter un jour.

La construction n'a pas démarré, mais le budget est déjà à la hausse, sans grande surprise : + 60 000 € sur le devis principal, + 76 000 € pour un parking de 50 places qui n'était pas prévu initialement.

Que s'est-il passé depuis que la convention a été signée entre Crolles et Bernin au printemps 2013 ? L'Etat a confirmé que les dotations aux communes allaient baisser. La situation économique ne s'arrange pas. La crise climatique est chaque jour plus évidente. La prise de conscience collective progresse sur l'absence d'intérêt général de moult grands projets ...

... A Crolles et Bernin, on continue comme avant : bâtissons, bâtissons, nous sommes des bâtisseurs chantent les élus à l'unisson.

Les opposant s'organisent - lire l'article du DL.

Le sujet est à l'ordre du jour du conseil municipal de Bernin du 10 décembre 2014 : "Autorisation de déposer un permis de construire - construction de deux courts de tennis couverts".

Et ce samedi 1er novembre, 10 h 15, grand beau temps, les beaux tennis en plein air de Bernin étaient désespérément inoccupés ...

 Tennis Bernin - samedi 1er novembre - 10 h 15 - inoccupé.JPG

Photo Jean-François Comte.

La lutte continue !

Francis Odier, 6 décembre 2014

Pour mémoire : Au tennis, Crolles et Bernin sont à l'unisson - 5 avril 2013.pdf

Projet convention tennis couverts.pdf

06 septembre 2014

Urbanisme : Crolles recrute pour un an...

Avis, avis !

Ville%20de%20Crollesnouveaulogo.JPG-134634.jpgLa commune de Crolles va se doter d'un chargé de mission urbanisme.

L'offre d'emploi est accessible depuis fin août 2014 sur le site de la commune et depuis le 1° septembre sur le site de la Gazette des communes.

C'est une bonne nouvelle : on peut ainsi espérer que des projets promis depuis 5 ou 10 ans verront enfin le jour et que certaines chimères poursuivies depuis 25 ou 30 ans seront définitivement enterrées ; les compétences demandées permettront également, si les remarques de l'agent recruté sont prises en compte, que les projets ne soient pas engagées dans la plus parfaite illégalité...

Une surprise quand même : le recrutement est prévu en CDD -donc hors les rangs de la fonction publique territoriale qui recèle pourtant de nombreux agents très compétents- et pour seulement un an, ce qui semble une gageure en regard des missions proposées.

A suivre

E.Wormser

 

19 juillet 2014

La cour de l'institut rural : prochain samedi citoyen le 20 septembre

Le site de la commune nous annonce que le prochain "Samedi citoyen" aura pour thème "Quels aménagements pour la cour de l’ancien Institut rural ?".

samedis_citoyens.gifIl aura lieu Samedi 20 septembre (à confirmer) de 9h à 12h au foyer Arthaud

Après le four à pain et la résidence intergénérationnelle La Cotinière, c’est au tour des ateliers de l’ancienne Maison Familiale Rurale (MFR) d’être rénovés, sur le site de l’ancien Institut rural (image aérienne >>).

Venez donner votre avis et participer à la réflexion commune sur l'amenagement de l’espace public extérieur lors du Samedi citoyen qui se déroulera pour l’occasion exceptionnellement dans les locaux du Foyer Arthaud ( localiser >>), avant une visite sur site.

Espérons que cette réunion sera l'occasion d'aborder aussi la question des stationnements dans le quartier, notamment ceux dont la réalisation avait été promise par la municipalité précédente et qui n'ont jamais été réalisés.

 

Emmanuel Wormser

 

22 avril 2014

Urbanisme commercial crollois : captation de chalandise ou captivité de la communauté ?

La commune de Crolles s'est longtemps battue pour obtenir le label de "pôle de centralité" du Grésivaudan. C'est à ce titre notamment qu'elle promeut largement sur son territoire le développement d'enseignes et de surfaces commerciales nouvelles. Cette politique n'est pas sans conséquences sur le territoire communautaire : le bouleversement politique à la tête du Grésivaudan donne l'occasion d'en provoquer la mesure.

Lire la suite

01 avril 2014

Idée n°80 : bientôt une zone portuaire à Crolles

1212313589.5.jpgUn accord de ce jour entre la communauté de communes du Grésivaudan et la commune de Crolles a permis de confirmer la création d'un port au niveau du rond point du Raffour, dit de "Casino".

Ce port aura uniquement une vocation de transport de passagers venant en amont et aval d'un canal qui sera percé parallèlement au pont sur l'autoroute pour déboucher sur l’Isère.

Pour faire court, le but est  de  récréer un maillage de petit canaux desservant la zone de chalandage dans le bas de la commune afin de valoriser les commerces de distribution et aussi de découvrir la flore et la faune locale pour une navigation sur des barques à fonds plat sur les chantournes actuelles.

anim_03.jpg

Le transport des passagers, arrivés par des aéroglisseurs venant de Grenoble (aval) ou  de Goncelin  (amont),  en direction des pôles industriels se fera par navettes routières.

 JP Chollet   1er Avril 2014

16 mars 2014

Idée n°72: remembrer

Idée urbaine : remembrer

Comment lutter contre la spéculation foncière ? Diapositive1.JPG

Adoptons une approche économique. Le foncier est cher car le foncier est rare. Vraiment ? Non ! Le foncier n’est pas rare ! Transportons-nous dans les coteaux. Le foncier disponible pour construire est immense … mais il y a un hic : il est déjà souvent construit.

Alors il existe une solution bien connue depuis des décennies : le remembrement. Dans les campagnes françaises, dans les années 1950 et 1960, on manquait de terres agricoles pour nourrir la population… et pourtant les terres étaient là. La réponse a été de remembrer.

logo j aime crolles - petit.jpgDe quoi s’agit-il ? La collectivité s’organise et prend l’initiative pour restructurer l’espace, échanger les parcelles entre propriétaires. Certes, le remembrement agricole a connu des excès et, en maints endroits, le désastre écologique de la disparition des haies. Mais la méthode demeure applicable pour le foncier urbain : considérer que le cadastre est évolutif, faire le choix collectif d’intervenir dans les propriétés privées, mettre en place un dispositif d’incitation, de concertation et de régulation, accepter qu’il y ait des fâcheries …

Dans nos banlieues et nos villes périurbaines comme Crolles, « la nécessité de densifier les zones déjà bâties, viabilisés et desservies -ou à desservir- par les transports en commun et situées à proximité des services et commerces fait désormais l'unanimité auprès des théoriciens comme des techniciens de l'urbanisme » [Le Moniteur, mai 2009].

Le remembrement urbain permettrait de densifier autrement qu’avec la méthode actuelle qui consiste à boucher les trous. En pratique, il s’agirait par exemple d’acheter trois au quatre lots individuels et de construire un petit immeuble d’une dizaine de logements avec un jardin qui reste collectif. Le remembrement urbain n’est vraiment faisable que si la commune en prend l’initiative et pilote l’opération dans une logique d’intérêt général.

En milieu agricole, le remembrement a été un prélude ou un facilitateur d’autres opérations collectives comme la création de coopératives ou de syndicats d’irrigation.

En milieu urbain, le remembrement permettrait aussi de remettre du collectif dans des quartiers marqués par la fermeture sur soi de l’habitat individuel.

La plus grande difficulté de la méthode est de prendre le risque des fâcheries. Il faut pour cela une municipalité qui privilégie l’intérêt général et qui travaille à long terme, sans se préoccuper de son éventuelle réélection. Il faut aussi une démocratie locale suffisamment vivace, mature, solide, pour accompagner le processus, créer un climat coopératif, et mettre sous contrôle les élus afin d’éviter tout dérapage.

Ces conditions ne sont pas réunies pour le moment, mais il n’y a aucune raison d’y renoncer. D’ailleurs, il faudra aussi remembrer les doctrines … j’y reviendrai un jour.

Francis Odier, 16 mars 2014

A lire : Le Moniteur - Remembrement urbain et réorganisation foncière urbaine : de nouveaux outils, un nouveau métier de l’urbanisme – par Christiane Luc, architecte et urbaniste, 29 mai 2009. Remembrement urbain - LeMoniteur_fr.pdf

03 mars 2014

Idée n°62 : prendre de la hauteur

"A présent, dans cette classe, vous apprendrez à penser par vous-mêmes, vous apprendrez à savourer les mots et le langage !"

"Peu importe ce qu'on pourra vous dire, les mots et les idées peuvent changer le monde"

'C'est dans ses rêves que l'homme trouve la liberté, cela fut, est et restera la vérité"

Le cercle des poètes disparus, John Keating.

Ce film est magique, une merveille. Je vois très nettement la scène. Le professeur monte sur la table, lance un regard sur sa classe, puis apostrophe ses élèves : "Changez de point de vue !" et vous découvrirez le monde.

cercle-des-poetes-disparus-1989-01-g.jpg

Des années plus tard, j'ai fait mienne cette doctrine. Et je vous la propose comme idée : prenez de la hauteur, et vous verrez Crolles sous un autre jour.

Que voit-on depuis le sentier des coteaux ou depuis les contreforts de la Dent de Crolles ?

La continuité urbaine entre Crolles et Bernin, le trafic routier comme si on était sur le bord du trottoir, le périrurbain diffus qui a envahi les terres agricoles, les espaces à protéger autour de l'abbaye des Ayes, le potentiel forestier des contreforts de Belledonne, les industries qui nous font vivre, les blocs arrêtés par la couverture boisée, les oiseaux heureux comme des parapentistes, la pollution pathogène ...

Proposition : une fois par an, pour la séance de juin, transporter le conseil municipal sur les hauteurs de Crolles par le sentier du facteur pour voir et discuter l'urbanisation de la vallée et l'aménagement du territoire.

Crolles et Belledonne.JPG

Belledonne et oiseaux.JPG

 Francis Odier, 2 mars 2014

02 mars 2014

Idée n° 61 : des ronds-points vivants

Qui pourrait me dire qu'il est fier de nos ronds-points ? Qui n'a jamais éprouvé un sentiment d'absurdité devant ces vastes ronds-points, souvent ridiculement décorés ?

Alors, le crollois a réfléchi en groupe. Et voilà, une idée a surgi. Dans certains pays, par exemple en Guadeloupe, il y a des vaches sur les ronds-points.

Mais, ne soyons pas sectaires, vous pouvez préférer les poules ou les moutons. 

Une seule chose compte : que nos ronds-points soient vivants !

Rond-points de Crolles.jpg

Francis Odier, 2 mars 2014

25 février 2014

Idée n°58 : bancs publics, bancs publics

Cette idée est à lire en musique :

Non, ce n'est pas Brassens qui m'a inspiré, mais l'ami François qui proposait de Changer le mobilier éco-ethno-bois du parc Paturel en bancs agréables à notre séant.

Diapositive5.JPGL'idée est intéressante, mais un peu trop ponctuelle à mon gout. Je la soupèse, la triture ... et la mets au frigo. Quelques jours passent. En m'intéressant à Crolles ville 30, je tombe sur un document magnifique de Rue de l'Avenir : c'est l'éloge du banc. C'est décidé, Crolles pourrait devenir la ville du banc. Non pas pour nos séants, mais pour la présence urbaine dans l'espace public.

Le parc du Château serait un bel endroit pour installer des bancs. Nous en avons discuté tout récemment.

Voilà, c'était la vie des idées, les idées cheminent, se posent sur un banc, et puis repartent, emportées par le vent, les tourbillons ou quelques papillons.

 Diapositive4.JPG

Diapositive1.JPG

 

Diapositive2.JPG

Francis Odier, 24 février 2014

 

Les documents de Rue de l'Avenir (10 Mo) : Espace Public Anne-Faure-Part1.pdf

Espace Public Anne-Faure-Part2.pdf

 

 

24 février 2014

Idée n°57 : construire autour du parc Paturel

Construire, oui, mais où ?

Le besoin de logements est immense, sans fin. Chaque collectivité doit en prendre sa part. Crolles et Bernin bénéficient de nombreux emplois, d'une situation agréable ... mais manquent de logements, en particulier pour les travailleurs de la zone industrielle.

Depuis des années, des terrains sont réservés pour construire sur un site magnifique : le pourtour du parc Paturel. Pourtant, rien ne se passe. Depuis des années, "on" parle d'éco-quartier, puis de quartier durable ... puis de rien du tout.

La proposition n'a rien d'original : construire là où c'est prévu, là où les crollois attendent que l'on construise.

J'ajoute une idée neuve : construire le plus vite possible, en priorité autour du parc Paturel, en commençant par expliquer pourquoi l'écoquartier prévu dans le programme électoral 2008 de la majorité actuelle n'a pas été réalisé, en accompagnant cette priorité par un frein vigoureux aux projets de  constructions anarchiques sur des sites déjà denses (vieux quartiers) ou qui ont vocation à rester ouverts, accessibles à tout public (le parc du Château).

Le parc de logement social à Crolles est aujourd'hui de 23 %. Il ne serait pas raisonnable, il serait même fou, de construire un quartier consacré au logement social. La mixité sociale doit se faire à échelle humaine, à l'échelle de l'immeuble.

L'écoquartier était une belle idée. Il convient maintenant de la concrétiser - quel qu'en soit le nom, quartier durable, quartier tout court, quartier Paturel etc.

Le développement en cours de la grande distribution est en contradiction frontale avec le principe et les objectifs d'un quartier durable, c'est à dire adapté aux enjeux de la transition énergétique et de la refondation urbaine. L'implantation de grandes surfaces aura comme effet mécanique d'augmenter les flux automobiles et de renchérir le prix du foncier, rendant économiquement impossible la construction de logements sociaux à des coûts acceptables.

Il est encore temps de stopper ces dérives obsolètes, mais malheureusement engagées.

Francis Odier, 22 février 2014

Parc Paturel - Google Earth 2010.jpg