Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 janvier 2014

Idée n°25 : admettre que la loi est l'expression de l'intérêt général

Le discours ambiant depuis plusieurs années ressasse sans cesse - j'aime cette allitération- un refrain bien connu : si les projets ne voient pas le jour, c'est à cause de requérants qui ne s'intéressent qu'à leur nombril et à leur propriété privée au détriment de l'intérêt général.

Pourtant, quelque soit ce qui motive au départ les actions engagées par certains devant les tribunaux, il faut comprendre qu'une décision administrative n'est pas annulée parce qu'elle déplait au voisin mais bien parce qu'elle est illégale.

ddch.jpg


Or, si l'on en croit l'article 6 de la déclaration des droits de l'Homme et du citoyen, à la fois fondation et clé de voute de notre contrat social, la loi est l'expression de la volonté générale.


Une décision illégale -qui contrevient à la loi- viole alors la volonté générale et perd ainsi le vernis -parfois très fin- d'intérêt général que la collectivité lui a donné.

 

La motivation initiale du voisin, ne relevant peut être que de son intérêt particulier, n'a alors plus aucune importance : elle s'efface totalement derrière l'énormité de l'annulation juridictionnelle de la décision ... par un juge qui affirme que la collectivité n'a pas rempli la mission qui lui a été confiée par le peuple.

1212313589.3.jpgJe propose que la commune fasse sien ce raisonnement et qu'elle en tire toutes les conséquences, notamment en rendant publiques les décisions rendues par la justice à son encontre et les mesures prises pour corriger le tir.

 

Emmanuel Wormser

13 janvier 2014

Idée n° 24 - pour améliorer les réunions

Idée : réconcilier l’oral et l’écrit

Proposition : pour les réunions municipales et publiques, développer la place de l’écrit, sortir de la monoculture de l’oral.

bla bla EmFHp_WNx4pHgmefd8RDZoylrSs.jpg Les réunions publiques d’information ou de « concertation » se déroulent très souvent selon le même schéma : le discours introductif du maire, les explications du technicien ou le discours d’un invité extérieur, les interpellations de ceux qui ont un intérêt privé dans le sujet discuté, les interventions de ceux que l’on nomme parfois (pour leur assiduité) les toujours-les-mêmes, une question spontanée d’un nouveau venu, la conclusion et l’invitation du maire à venir à la prochaine réunion, le buffet final.

Presque tout se fait « à l’oral ». Dans ce schéma, je propose de ne conserver que le buffet final. Pour le reste, tout est à revoir en renforçant la place de l’écrit.

La proposition est de mieux combiner l’oral et l’écrit. Je dis bien, l’oral et l’écrit. Sans écrit, survol garanti, pas de transparence, pas de participation de ceux qui n’ont pas le temps de venir aux réunions, pas de rationalité collective. Sans oral, exclusion de ceux qui ne sont pas aficionados de l’écrit, perte de spontanéité, renoncement à l’humanité.

En pratique :

logo j aime crolles - petit.jpgAvant chaque réunion publique, publier (sur le site web de la commune) un document préparatoire rassemblant les informations essentielles à connaître pour se forger un avis et participer à la réunion.

Inciter les volontaires à faire des commentaires et propositions écrites. Les publier.

Publier rapidement des compte-rendus, aussi exhaustifs que possible, des réunions publiques.

Francis Odier, 12 janvier 2014 - Idée pour les réunions.pdf

Lire la suite

12 janvier 2014

Idée n°23 : transformer ici des productions agricoles industrielles

Oseriez vous demander à un aluminier de la vallée qu'il transforme ses laminoirs en éolienne ?

Non bien sûr ! Ce serait ... crétin en termes de savoir-faire, de rentabilité de l'investissement industriel non encore amorti, d'utilisation optimisée des ressources locales en énergie, en eau et en vent ici absent ! Les conséquences sociales -notamment en termes d'emplois- et économiques seraient catastrophiques. 

Il est donc tout aussi aberrant d'espérer la transformation complète de l'exploitation agricole de la vallée en système de production extensive d'aliments bio vendus directement aux consommateurs locaux : ni les qualités agronomiques du secteur, ni la structure économique des exploitations agricoles ni même le marché local ne s'y prêtent.

Au contraire, comme toute activité économique créatrice de richesse et d'emploi, l'agriculture mérite qu'on la soutienne au moins au même niveau que l'industrie du silicium, peut-être même plus car elle, du moins, n'est pas délocalisable.

Une voie de soutien d'intérêt collectif réside dans l'élargissement de ses débouchés.

1212313589.3.jpgJe propose donc que la collectivité investisse dans une installation locale de transformation de produits agricoles qui ne seront pas nécessairement consommés sur place.

Les cultures dites industrielles (colza, soja, maïs-amidon par exemple, pour élaborer des matières premières de l'industrie agro-alimentaire...ou chanvre et lin pour l'industrie du bâtiment) peuvent se développer et créer des emplois en usine locale.

Je propose même que soit appliquée une règle simple : si 70 emplois doivent être créés, soit un centième à peu près de ce qu'on nous rapporte du site ST, qu'un pour cent seulement des sommes qui ont été versées* pour les projets Crolles II et III soit investi dans ce projet d'envergure régionale !

Pour le chanvre par exemple, culture non vivrière intensive et sans pesticide, à haute valeur environnementale en regard de ses débouchés dans la construction, force est de constater qu'il ne se développe qu'autour des usines de transformation :

chanvre-carte-P.gif

carte-transformation-chanvre.gif

 

 

 

(source : lien)

 

De l'oeuf et de la poule, qui fut le premier ?

N'attendons pas que des agriculteurs dont ce n'est pas le métier prennent l'initiative de créer une telle installation...

Imaginons ensemble comment, dans une vraie démarche collective, non seulement maintenir mais surtout développer l'activité économique agricole pour créer des emplois nouveaux dans les filières avales et locales.

*pour le seul projet Crolles III, 700 millions d'euros de subventions publiques sont prévues sans contrepartie de création ni même de maintien d'emplois.

Emmanuel Wormser


10 janvier 2014

Idée n°22 : favoriser l'initiative entrepreneuriale individuelle



Après des années de soutien aux très grandes entreprises sans engagement de réciprocité à moyen terme -ni même à court terme!-, je propose que soit désormais favorisée la micro-entreprise individuelle : insérées dans le tissu local et susceptibles de grandir sur place, les initiatives individuelles -d'artisans, de commerçants, de professions libérales- sont pérennes et peu délocalisables hors du territoire du Grésivaudan.

Structurant aussi l'économie locale, peu gourmandes en infrastructures communes (réseaux d'eau, énergie, routes...), ces activités souvent individuelles sont la preuve du dynamisme des habitants.

1212313589.3.jpgUne mesure simple ? Niveler par le bas en l'unifiant la "valeur plancher" de la cotisation foncière imposée aux entreprises réalisant moins de 100 000 euros par an.

Cette idée a déjà été formulée l'an dernier dans notre blog : à l'époque, la communauté de communes n'en avait pas mesuré l'intérêt .

Elle a cette année jusqu'au 21 janvier prochain pour décider collectivement d'unifier les montants qu'elle perçoit et qui étaient encore en 2013 ceux fixés par les communes avant même qu'elle en devienne bénéficiaire... et d'apporter un soutien explicite aux petits entrepreneurs par la prise en charge au moins partielle du montant exigé.

Une telle démarche est d'autant plus utile que la loi de finances 2014 votée par nos parlementaires a supprimé l'exonération dont profitaient les auto-entrepreneurs les deux premières années suivant la création de leur entreprise mais aussi créé des règles de progressivité améliorée permettant, si l'on en décide localement, de mieux prendre en compte la capacité des petites structures.

A Amiens, les élus l'ont compris et en ont même fait un argument électoral : l'année des municipales, c'est normal, non ?

Encore faut il, évidemment, s'intéresser au sujet pour qu'après les beaux discours, les volontés affichées se traduisent effectivement dans une politique fiscale cohérente, sans attendre nécessairement qu'un bureau d'étude ne vienne ré-inventer l'eau tiède...


Emmanuel Wormser

04 janvier 2014

Idée n° 21 : Elargir les horaires d'ouverture de la déchetterie

Idée n° 21 : élargir les horaires d’ouverture de la déchetterie

logo_gresiom_rvb_web gestion déchets.jpgLa collecte et la gestion des déchets est une compétence de la communauté de communes. Toutes les informations sont disponibles sur www.le-gresivaudan.fr/-Dechets-menagers,340-

Crolles bénéficie d’une déchetterie bien placée, facilement accessible, gérée par du personnel toujours prêt à donner un renseignement utile.

La déchetterie est ouverte au public tous les jours, y compris dimanches et fêtes (exceptés les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre) de 8 h 30 à 17 h 45.

Mais voilà, il y a un hic. Certains jours, en particulier certains week-ends, la déchetterie est saturée. Et pour les habitants qui sont contraints par leurs horaires de travail, une ouverture à 8 h 30, c’est trop tard, et 17 h 45, c’est trop tôt.

La communauté de communes envisage de déménager la déchetterie pour l’agrandir.

Pourtant, n’importe quel industriel vous le dira, avant d’agrandir une usine, il est bien plus économique d’augmenter les horaires de production. C’est pareil pour la déchetterie : le plus économique pour la collectivité, le plus utile pour les habitants serait d’élargir les horaires d’ouverture.

logo j aime crolles - petit.jpgProposition : ouverture de 8 h à 19 h (18 h en hiver).

Une heure et demi de plus par jour, c’est considérable, cela permettra de dé-saturer la déchetterie, en particulier au printemps et en été, et d’économiser ainsi un déménagement estimé à 3,7 M€ en janvier 2012.

Quel serait le surcout ? Estimation : 20 € de l’heure (charges incluses) x 2 heures de plus par jour x 2 personnes (pas de travail isolé) x 362 jours = environ 30 k€ / an, soit 100 fois moins que le déménagement envisagé. 

Pourquoi ne pas élargir encore plus, par exemple jusqu’à 20 ou 21 h l’été ? Car il faut savoir se limiter ! Entre 19 h et 21 h, on entre dans des horaires de travail atypiques qui sont pénalisants pour l’équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle. De plus, les trajets vers la déchetterie sont une source de nuisance (trafic automobile) qu’il faut éviter le soir. D’ailleurs, selon la réglementation du bruit, l’usage des tondeuses, taille-haie, motoculteurs, etc., est interdit après 19 h 30 en jours ouvrables, après 19 h le samedi et après 12 h le dimanche. C’est pourquoi une ouverture de la déchetterie jusqu’à 19 h serait un bon optimum collectif.

Les horaires d’ouverture de la déchetterie, c’est un micro sujet que l’on peut trouver anecdotique. Pourtant, quand on le rapproche du projet de déménagement, on voit que l’enjeu dépasse les 3 M€. Partir du quotidien peut conduire à des dossiers majeurs pour la commune.

Francis Odier, 4 janvier 2014

En complément sur la déchetterie : www.lecrollois.fr/archive/2012/07/04/la-dechetterie-qui-avait-la-rage.html

L'idée en pdf : Idée économique - élargir les horaires d'ouverture de la déchetterie.pdf

03 janvier 2014

Idée n° 20 : Réviser le Plan Local d'Urbanisme

C'est une idée qui circule depuis plusieurs années déjà, mais qu'il ne faudrait pas oublier !

logo j aime crolles - petit.jpgOui, il faudra réviser le Plan Local d'Urbanisme.

Pour résumer les nombreux articles déjà publiés sur la question : le  règlement d'urbanisme ne correspond pas aux orientations définies dans le Projet d'Aménagement et de Développement Durable (PADD). Les objectifs sont corrects, mais il manque les moyens réglementaires pour atteindre ces objectifs.

Francis Odier, 3 janvier 2014

Quelques articles sur le PLU :

www.lecrollois.fr/archive/2013/10/11/casino-crolles-a-perdu-sa-mise-au-poker-2980940.html

www.lecrollois.fr/archive/2013/05/25/le-juge-protege-l-abbaye-des-ayes.html

www.edgarie.fr/archive/2011/01/01/a-quoi-sert-un-plu-l-exemple-de-l-hypermarche.html

 www.edgarie.fr/archive/2010/01/11/avis-sur-le-plu-de-crolles.html 

 www.edgarie.fr/archive/2010/01/11/plu-de-crolles-le-dossier.html 

 www.edgarie.fr/archive/2010/06/21/l-avis-critique-du-prefet-sur-le-plu-de-crolles.html 

02 janvier 2014

IDEE N°19 : Obligation de valorisation des déchets "verts"

logo déchets verts 3f9e64a9db.jpgIDEE N°19 : Obligation de valorisation des déchets verts

La loi 2010-728 du 12/07/10 à compter du 01/01/12 impose une obligation de tri et de valorisation des déchets verts à partir d'un certain tonnage annuel. A ce jour (en 2014), il est de 40 tonnes /an. Il passera en 2016 à 10 tonnes /an.

Pour une restauration collective, les sites compétents du service public estiment une production moyenne de 125 g par repas de déchets verts (reliefs du plateau et préparation).

Prenons l'exemple d'une cantine d'un site industriel  sur Crolles qui sert environ 1500 repas/jours, le tonnage produit est de 75 tonnes /an. Il dépasse largement la limite légale.

La proposition est de valider la valorisation de ces déchets par le compostage dans une unité horizontale proposée par plusieurs sites commerciaux.

L'unité de compost est très simple : c'est un gros parc avec 2 compartiment montés sur un axe rotatif qui permet une aération parfaite des déchets verts. Il suffit de tourner manuellement  l'engin de quelques tours lors d'une dépose.

Son prix est faramineux de l'ordre 1100 euros, insurmontable pour notre (riche ) commune ?

Fournisseurs :   "Composterre ou Eco cleaner "

L'idée est d'installer une unité de ce compostage pour valider la méthode et la proposer en situation concrète d'utilisation et de gestion aux entreprises (industriel, resto, cantine scolaire) qui devront se conformer à la loi.logo j aime crolles - petit.jpg

Installons cette unité à l'EcoCentre. Il y a de la place. Deux restos,Satoriz pourraient l'alimenter ainsi que les logements du dessus.

On peut aussi demander qu'un employé des services techniques municipaux (ils sont juste à coté) surveille le composteur, voir l'alimente avec d'autres déchets surproduit localement et ponctuellement.

Pour cette personne, c'est une manière de faire évoluer sa carrière et ses compétences  pour une activité future qui sera développée dans une autre "IDEE".

Ce système de compostage rotatif est opérationnel dans un lycée à Voiron. Les élèves trient leur plateau repas des éléments non fermentescibles. Le succès est TOTAL !!!!

Alors impossible pour des adultes ????, relevons le défi. Les  dj'eun's savent le faire.

JP Chollet, janvier 2014

30 décembre 2013

Idée N° 18 : Distribuer des kits pour les cyclistes

logo j aime crolles - petit.jpgLe but de cette idée est la Valorisation des transports par mode doux

Dans le dernier numéro d'InterliGnes n°18 page 14, le PDU (Plan de Déplacements Urbains) est expliqué ainsi que l'objectif "organiser les déplacements des transports des personnes et des marchandises pour les années à venir ".

Il est fait référence à des documents d'expertise, consultable sur le site du Grésivaudan (onglet transport).

" 80% des déplacements  de 1 à 5 km se font en voiture !!!! " alors que les enquêtes de déplacements ménages demandent à ce que les voitures soient contraintes (stationnement, vitesse, nombre, pollution) !!!!!

Alors pourquoi ne pas favoriser les déplacements en cycle dans notre commune qui est plate dans sa plus grande superficie et idéalement étendue pour le vélo (trop grande pour être parcourue uniquement à pied, trop petite pour justifier vraiment des déplacements en voiture) ?

De plus, au fils des municipalités, le réseau de pistes cyclables est devenu suffisamment dense malgré quelques  points  à améliorer.

Une proposition simple, peu onéreuse et qui fonctionne est d'acheter un ensemble d'articles qui facilite la pratique du vélo : sac à dos de 15 litres pour les petites courses, cape de pluie, gilet fluo, attache pantalon, éclairage permanent dans les rayons, casque.

Pour un achat groupé de 200 unités le budget est 1500 euros ; une misère pour notre riche commune ...

Ce kit est revendu 10 euros au citoyen(ne) qui s'engage à une pratique plus habituelle de son cycle.

Cette démarche fédère un groupe reconnaissable qui pourra par la suite, faire d'autres achats groupés (sacoche, Vélo à Assistance Électrique,  etc .), échanger leur usage, faire des remarques sur les pistes, pratiquer le vélo en famille, etc ....

JP Chollet, 30 décembre 2013

29 décembre 2013

Idée N°17 Une gare pour Crolles

 

idee v2.jpgIdée N°17 Une gare pour Crolles

Dans un article précèdent, je vous narrais l'histoire de la gare de Crolles. Puis, dans un autre article, je vous racontais les extravagantes aventures de la Brasserie au loup. Mais, tout cela ne résout en rien le problème quotidien des Crollois, usagers des transports en commun.

gare.jpgToujours, selon notre principe de partir du quotidien pour arriver où ??? C'est en se posant cette question que j'en ai conclu, comme beaucoup de Crollois, qu'il fallait une gare à Crolles. Un lieu ou l'on puisse se renseigner sur les différentes possibilités proposées pour se rendre d'un point à un autre... Bien sûr, il y a internet mais les offres de transport sont tellement "embrouillées" dans le Grésivaudan que plus personne ne s'y retrouve. Comme s'il était plus important, pour toutes ces collectivités, d’écrire en gros leur nom sur les bus que de les remplir.

J'imagine une gare sans casquette de chef...ni guichet, mais comme un lieu de rencontre. Un espace convivial où chacun pourra trouver des solutions à ses soucis de transports quotidiens ou ses projets de voyages. Un lieu ouvert dans lequel se côtoieraient, agences de voyages, Conseil général, Taxi, SNCF, Autopartage, Communauté de Communes, loueur de vélos, Metro, Transport scolaire, covoiturage...un lieu ou tous les organisateurs de transports publics et privés auraient le droit de citer. Ce sont les usagers qui décideront où ils veulent cette gare et quels services ils aimeraient y trouver.

Claude Muller

 

28 décembre 2013

IDEE N°16 : Pollution atmosphérique en hiver : "Actions"

logo j aime crolles - petit.jpgPollution atmosphérique en hiver : "Actions"

Nous venons de subir une pollution atmosphérique marquée, courant Décembre, mais pas exceptionnelle. Dans nos vallées, en hiver, cette pollution notamment due aux particules fines , référencées PM2.5, PM 10 PM 20, provient pour moitié du mode de chauffage urbain surtout au bois (données Air Rhône Alpes http://www.air-rhonealpes.fr/site/accueil/monaccueil/all/.)

D'autres épisodes vont venir courant Janvier et Février ...

Lorsque l'anticyclone est établi depuis quelques jours et que les prévisions de Météo France confirment sa puissance sur les jours à venir, il faudrait alerter les administrés du mauvais fonctionnement de leur  cheminée (fumées denses et odorantes ).

Cette alerte peut être faite, après formation, par des employés municipaux qui iraient toquer chez les usagers pour les inviter à modifier leur comportement :

- le feu doit être vif, alimenté par du bois sec de plus de 2 ans de stockage sous abris ventilé.

-réduire l'usage de la cheminée ponctuellement.

-demander aux fournisseurs de bois de livrer du bois sec  !!!!!

-inviter à consulter les sites " Air Rhône Alpes "  et ADEME pour les conseils.

Après 3 visites de conseil, un appel à la citoyenneté serait fait par un élu(e) en mairie.

Rien n'empêche les services municipaux de la communication de relayer ces avis sur les panneaux électroniques.

Petits rappels des normes en vigueur :

Norme européenne : 25 micro g/M3

l'OMS, qui n'a pas réputation d'être révolutionnaire ..., préconise 10 micro g/M3.

Les données de Décembre, borne de mesure dans Crolles à l'école des Sources nommée " Est Grenoblois Grésivaudan" sont illustrées par le graphique  .....


 JP Chollet, 28 décembre 2013