Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 juin 2014

Mobilisation municipale pour le maintien de la ligne 6020

La mobilisation pour la défense de la ligne 6020 se poursuit.

En réponse à mon message du 24 mai, le Maire de Crolles m'adresse copie du courrier adressé au Conseil Général de l'Isère. Courrier Maire de Crolles à CG38 sur 6020 - 28 mai 2014.pdf

Le Maire rappelle la mobilisation de l'ADTC et des élus concernés en 2013 et, fort habilement, demande quelles sont les mesures de concertation mises en œuvre sur le sujet et les éventuelles études d'impact qui ont conduit à cette décision.

Le Maire informe (le conseil général) que la municipalité crolloise n'est pas favorable à la restructuration envisagée.

Il faut féliciter et soutenir la nouvelle municipalité pour cette prise de position très explicite.

Sur le même sujet, nous avons rencontré le 4 juin dernier, à leur invitation, la vice-présidente Déplacements et le directeur Transport du Grésivaudan. Nous publierons dès que possible le compte-rendu de cet entretien fort intéressant.

Affaire à suivre. Ne lâchez rien. Nous serons vigilants.

Francis Odier

Pour mémoire : http://www.lecrollois.fr/archive/2014/05/25/la-ligne-6020-menacee-3006284.html 

07 juin 2014

Compte-rendu Samedi citoyen - 7 juin 2014

L’invitation était tardive et discrète dans le journal municipal. Mais, le sujet annoncé est au cœur de la vocation du crollois.fr : la communication, la participation. Il fallait en être. En voici le compte-rendu.

Annonce samedi citoyen 7 juin 2014.png

Les participants sont 9 élus et une vingtaine d’habitants conviés au hasard par téléphone. Cette invitation au hasard de personnes qu’ « on ne voit jamais dans les réunions » est la principale innovation du jour. C’est un succès. Les participants témoignent de leur satisfaction à avoir été sollicité et la plupart s’expriment volontiers. Tout le monde note la présence, inattendue en ce type d’événement, d’une jeune fille de 19 ans. Il y a aussi un homme de quarante ans. Les autres sont plutôt quinquagénaires ou retraités expérimentés.

Je repère aussi 6 personnes que l’on peut qualifier de « toujours les mêmes », à savoir des crollois qui n’ont pas été personnellement invités mais qui sont suffisamment attentifs à la vie de la commune pour être venu spontanément (j’appartiens à cette catégorie).

La matinée se déroule ainsi :

  • brève introduction du maire,

  • présentation synthétique par la première adjointe de deux planches sur « ce qui existe » en matière d’information – communication, et de concertation – participation.

  • tour de table pour que chacun donne 2 ou 3 idées sur « ce qui marche », « ce qui ne marche pas ou qu’il faudrait améliorer »

  • séparation en 3 groupes : concertation & participation ; nouveaux supports de communication / information ; les niveaux de participation (de la proximité à l’exécutif) ;

  • synthèse – mise en commun.

 A titre personnel, voici en substance ce que j’ai dit :

  • ce qui marche : l’information descendante (de la municipalité), l’annonce des événements, l’information visuelle (les images), les réunions des commissions spécialisées (exemple : la commission sur la plaine) pour ceux qui y participent ;

  • ce qui manque et qu’il faudrait ajouter ou améliorer : l’information sur les dossiers,  l’information ascendante et transversale, les avis des commissions et leur diffusion.

Sur l’ambiance et mon impression générale : une réunion sympa, assez bien animée, la parole circule, même si certains ont du mal à se limiter et à adapter leur temps de parole à l’effectif de l’assemblée.  A l’évidence, pour dire les choses simplement : les gens ont besoin de parler.

Sur le contenu : Un consensus sur la qualité du journal municipal et du site internet et sur l’intérêt des panneaux d’affichage lumineux. Un bravo unanime au principe du tirage au sort pour inviter personnellement des habitants. Les critiques les plus partagées portent sur le manque de lisibilité des compte-rendus du conseil municipal, le manque de réunions de quartiers, l’organisation et l’utilité des réunions de concertation, les Etats Généraux devenus des réunions d’information. Une perplexité commune s’exprime sur la place des jeunes (comment les toucher ?), sur les horaires des réunions (aucun horaire ne convient à tout le monde ….).

Au fil de l’eau, je relève quelques sujets effleurés et qui restent à discuter (absence de compréhension commune des enjeux, tenants et aboutissants) : la notion de représentativité, les processus de décision (avec un débat autour du référendum local dont le Maire ne veut pas), les interactions avec les dispositifs représentatifs institutionnels (quelle place pour les élus, majoritaires, minoritaires, dans la concertation et l’information ?), l’articulation entre les préoccupations individuelles et l’intérêt collectif.

Au final, peu de surprise – sauf en fin de réunion (il faut du temps pour que les esprits deviennent pleinement productifs). Mais les participants sont heureux d’avoir participé et il est toujours utile de se dire et redire les choses. La démocratie, comme la pédagogie, est affaire de répétition.

Une surprise cependant, une déception : je crains d’avoir entendu l’annonce de l’enterrement des Etats Généraux. Les élus de la majorité, Monsieur le Maire en tête, ont convenu que les Etats Généraux, nés à une époque où la population était bien moindre, sont devenus une réunion d’information. C’est un constat, nous sommes d’accord là-dessus (cf mes bilans du mandat et autres articles dans le crollois.fr). Ensuite, les propositions divergent. Le Maire voudrait acter cette évolution (« il faut le dire »), alors que certains (dont je suis) rappellent qu’on peut organiser un débat avec une grande assemblée. A suivre.

 J’en viens maintenant à deux idées neuves, deux propositions finales dont l’application marquerait vraiment une rupture dans la participation.

 « Aller là où les gens sont » (et ne pas chercher à attirer les gens dans des lieux institutionnels). En réalité, même si la commune peine à organiser la concertation, il existe des forums naturels. Les habitants se rencontrent et se parlent à la bibliothèque, au skate park, au marché … La proposition est d’insérer la concertation dans ces « lieux naturels » d’échanges entre habitants.

Mais la perle de la réunion est cet étonnement judicieux et subtil : « nous n’avons parlé que de la participation par la parole. Mais il existe d’autres moyens. Dans (telle commune), tous les week-ends des habitants travaillent sur les chemins, construisent …. ».

Enfin, sortons de l’abstrait, entrons dans l’action. Je pense aussi aux approches de science citoyenne, à la main à la pâte …. Il y a là un champ immense de participation. J’ai une conviction très ancienne qui vient de mon expérience associative, des P’tits Lutins au scoutisme, en passant par la montagne et ma paroisse  : ceux qui s’expriment sont ceux qui agissent, l’action nourrit la réflexion.

logo j aime crolles - petit.jpgUn levier concret serait de de-professionnaliser certains domaines, de renforcer le rôle des bénévoles. Imaginez un journal municipal dans lequel des bénévoles écriraient ! Imaginez des Etats Généraux organisés par des parents d’élève qui ont passé ensemble trois week-ends à repeindre des salles de classe ! Imaginez le bonheur de la simplicité et de la gratuité retrouvées avec une participation citoyenne tout azimut !

Pour conclure, je m’adresse à l’auteur (il se reconnaîtra) de ces idées rafraichissantes : camarade, toi qui a été invité par surprise, merci pour tout et reviens donc !

Francis Odier, 7 juin 2014

 

Nb : un compte-rendu officiel devrait être diffusé prochainement aux participants et, sans doute, sur le site web de la commune. Je le publierai aussi sur le crollois.fr dès que possible. Vous y trouverez notamment ce qui a été repris collectivement en synthèse de la réunion.

29 mai 2014

Mes notes du Conseil Municipal du 23 Mai 2014 à Crolles

Voici Mes notes sur le dernier Conseil Municipal de Crolles en date du Vendredi 23 Mai 2014.

dessin conseil.jpg

Elles n'ont pas valeur de compte-rendu. Elles veulent simplement exprimer le déroulement partiel du conseil municipal.

Le simple citoyen que je suis ne dispose d'aucun document préparatoire, hormis l'ordre du jour.

Ces notes, brutes de décoffrage... se trouvent ici  CR CM Crolles 23 Mai 2014.PDF

JP Chollet

28 mai 2014

Crolles contre le traité transatlantique

Je n'ai pas l'habitude de m'exprimer ainsi, mais je vais le dire sans détour : cette idée de traité, préparé en douce, est une vraie saloperie. Pour s'en convaincre, se renseigner, lire la presse. Ainsi, je suis particulièrement réjoui de ce vœu voté le 23 mai par le conseil municipal de Crolles. J'ai souvent dénoncé le nombrilisme municipal. Alors, je ne rate pas l'occasion de féliciter les élus d'être sorti de notre bel ilot de prospérité pour prendre part à un débat national et européen qui nous concerne tous.

A suivre - J'espère qu'il s'agit d'un retournement, que ce vœu ne restera pas sans suite.

FO

 Vœu du conseil municipal de Crolles - 23 mai 2014

 présenté par les élus de la majorité

  

Grand Marché Transatlantique avec les États-Unis (TAFTA)

 Accord Économique et Commercial Global avec le Canada (AECG)

Considérant les dangers que font courir les traités transatlantiques pour lesquels la Commission Européenne a, dans le plus grand secret, obtenu mandat de la part de tous les États membres pour négocier, d'une part avec les États-Unis et d'autre part avec le Canada des accords visant à instaurer un vaste marché de libre-échange entre l'Union Européenne, les États-Unis (TAFTA) et le Canada (AECG), allant au-delà des accords de l'OMC,

 Considérant que ces projets de Grand Marché Transatlantique visent le démantèlement des droits de douane restants, entre autres dans le secteur agricole, comme la suppression des « barrières non tarifaires » qui amplifieraient la concurrence débridée et empêcheraient la relocalisation des activités, sachant également que les Etats-Unis sont en dehors de tous les cadres réglementaires contraignants existants : Ils refusent d'appliquer les principales conventions sur le travail de l'OIT, le protocole de Kyoto contre le réchauffement climatique, la convention pour la biodiversité, mais aussi les conventions de l'UNESCO sur la diversité culturelle. Leurs règlements sont donc, dans la plupart des cas, moins protecteurs que ceux de l'Europe ce qui entraînerait inéluctablement un nivellement par le bas des règles sociales, économiques, sanitaires, environnementales et culturelles.

Considérant que ces accords pourraient être un moyen pour les multinationales d'éliminer toutes les décisions publiques qui constituent des entraves à l'expansion de leurs parts de marché, consacrant la domination des États-Unis, (mécanisme d'arbitrage privé Etat / entreprises)

Considérant que le Grand Marché Transatlantique pourrait être une atteinte nouvelle et sans précédent aux principes démocratiques fondamentaux qui ne ferait qu'aggraver la marchandisation du monde avec le risque de régressions sociales, environnementales et politiques majeures.

Les élus de la commune de Crolles

  • rappellent leur attachement à la notion de service public et de biens essentiels pour l'humanité (eau, logement, nourriture de base, énergie,...), qui ne peuvent pas faire l'objet d'une approche marchande et qui par conséquent doivent être préservé d'accord ne permettant pas leur protection publique de la logique de marché

     

  • demandent un moratoire sur les négociations sur le Grand Marché Transatlantique (TAFTA) et sur l'Accord Economique et Commercial Global (AECG) et la diffusion publique immédiate des éléments de négociation,

     

  • souhaitent l'ouverture d'un débat national sur ces partenariats, impliquant la pleine participation des collectivités locales et des populations,

  •  refusent toute tentative d'affaiblir le cadre réglementaire national ou européen en matière de santé, d'environnement, de protection des travailleurs et des consommateurs,

se déclarent, hors la prise en compte de ces demandes, hors Grand Marché Transatlantique (TAFTA) et hors Accord Économique et Commercial Global avec le Canada (AECG).

22 mai 2014

Bon voyage Francis !

moto-estivale.jpgSi tout se passe comme prévu, c'est aujourd'hui que Francis, résident berninois, va enfourcher sa moto pour un long et magnifique périple vers l'est, l'extrême-extrême : il compte traverser le détroit de Béring dans une embarcation gonflable mue par le moteur de son deux roues !

Parcourez son blog accessible à cette adresse : c'est une invitation pleine de poésie au voyage et au rêve...

Bon voyage donc !

E.Wormser

14 avril 2014

Bon voyage, Daniel Dumas

Les Miserables 550.jpg

Daniel,
de ton dernier séjour au Sénégal, tu étais revenu quelque peu paralysé. Alors, nous étions quelques uns à venir te lire des histoires dans ta chambre d’hôpital. C'était pour moi une expérience enrichissante. D'abord, raconter des histoires à un conteur né constitue un beau challenge. Tu m'impressionnais, comme tu avais toute ta tête, tu ouvrais grands tes yeux curieux pour découvrir la suite de l’aventure. Je choisissais des nouvelles qui racontent la montagne, La "butte rouge" ou l'Afrique...tes passions. Et comme je devais parler fort, très rapidement, j'avais un large public...

Daniel  150.jpgDe temps en temps, tu m'interrompais pour me demander "quel jour on est ?" et invariablement, lorsque je te donnais la date, tu me disais.... "bon, dans x jours, on sera dimanche et dimanche, je pars... au Sénégal."

Et invariablement, je pensais que la vie de Daniel est une histoire à elle toute seule. Il faudra qu'un jour un conteur la narre.

Elle commence pendant la guerre dans un petit village des Monts du Forest. Daniel y garde le maigre troupeau de la ferme familiale.

Ensuite, il faut évoquer le travail à la "Manu" de St Etienne et très rapidement le goût de Daniel pour le spectacle vivant. C'est l’époque de la décentralisation théâtrale et il est aux avant-postes. Il fait sienne cette maxime de Jean Dasté. "Il s’agit de renouer chez nous ce besoin du théâtre aussi essentiel que celui du pain et du vin."

Chanson d'un gas qu'à mal tourné 150.jpgC'est ainsi qu'il se retrouve directeur du centre culturel de la Ricamarie. Et c'est là qu'un certain Paul Jargot vient le chercher pour créer des "pièces vivantes" à Crolles. Tous deux partagent la même conviction, "seule la culture peut réunir toute une population". Et la grande aventure du Théâtre sous la Dent commence au début des années 1980. Pour Daniel, il est important de raconter l'histoire de la vallée, alors il créé "Houille Blanche, c'est dimanche" au pays de Bergès. De cette pièce, il dira "C'est une expérience riche... une comédie humaine, dans laquelle les comédiens ont su communiquer leur chaleur aux personnages". Daniel n'oublie pas que le spectacle passe aussi par la chanson, la poésie et l'amitié, alors avec ses complices Pascale Odier, Christiane Oriol, Yves Ramu,Gérard Chaignaud, Marcel Oude et bien d'autres, il crée "La chanson d'un gars qu'a mal tourné", sur des textes de Gaston Couté. Ils joueront ce spectacle plus de 700 fois en France et à l’étranger et qui sait si ...

Daniel Dumas1983 gaston couté 200.jpg

 "Je suis parti sans savoir où,

Comme une graine qu'un vent fou,

Enlève et transporte, 

A la ville où je suis allé

J'ai langui comme un grain de blé

Dans la friche morte..."

 

Puis viennent le temps des grandes épopées humaines. "Quand la pluie reviendra" proposée et jouée à Crolles par 60 enfants est la première d'une longue série. "Ombre sur les Adrets", la grande saga du Baron des Adrets, à partir du livre de Gilbert Dalet, est jouée au centre du village, au pied de la montagne, dans la cour de la mairie de ce village niché au creux de Belledonne. "Dans les cheminées de Paris" est joué par 150 enfants, 5 classes et plus de 30 comédiens devant 400 spectateurs en plein air au centre de Crolles.

Montbonnot 1993 550.jpgDaniel debut 150.jpg

Daniel affectionne aussi les grandes fresques historiques... La guerre de Troie n'aura pas lieu, Barricades, Quatre-vingt-treize, Fracasse... Il ne dédaigne pas non plus de jouer des classiques : Georges Dandin, Notre Dame de Paris, Les Misérables, Le soleil des eaux, Jacquou le croquant...

Pour évoquer Daniel Dumas, il faut aussi parler du militant engagé auprès des forces progressistes. Dans son action culturelle, comme dans la vie, Daniel a toujours été un personnage entier qui ne faisait aucun compromis avec la vie.

Enfin, je voudrais évoquer ici un aspect peut être moins connu du personnage, mais ô combien important, Daniel est un amoureux des mots. Pour cela, il se fait conteur, narrateur, historien et écrivain.

couv101 100.jpgJe voudrais raconter ici les longs mois passés à travailler ensemble. Avec Daniel Dumas et Georges Salamand, nous avions entrepris des recherches historiques considérables, un travail de d’écriture important et un choix de mise en page draconien, pour aboutir au livre qui deviendra la bible de l'histoire de la vallée, "Les 101 personnages du Grésivaudan".

Barricades 1992 250.jpgDaniel est au aussi un conteur inspiré quand il écrit Toubaberies, un recueil de nouvelles que son continent d'adoption l'Afrique lui a inspiré.

La boucle est bouclée en évoquant le livre des 25 ans du Théâtre sous la Dent qu'il a tenu a fêter en l'an 2004.

"Quel jour on est ?" et invariablement, lorsque je te donne la date, tu me dis.... "bon, je pars... dimanche..." mais ce coup là, tu as dit vrai..

Salut l'Artiste.

Claude Muller

07 avril 2014

Patience, patience...

Après les blagues potaches du premier avril, les rédacteurs de votre blog prennent quelques vacances bien méritées, du moins le croient-ils : l'actualité locale atone de ces derniers jours ne les pousse d'ailleurs pas à une reprise forcenée de la plume.

2385428-3341335.jpg

Patience, patience donc pour nos afficionados : quelques jours encore à profiter du soleil printanier qui s'installe et les lignes du Crollois recommenceront de fleurir ; c'est l'occasion pour les lecteurs de se découvrir une soudaine démangeaison au creux des mains qui les pousserait ... à passer du coté des auteurs !

E.Wormser

27 janvier 2014

Communiqué de Manicomi : vers l'expulsion !

Comme nous l'avions fait il y a un peu plus d'un an, nous publions ci-dessous intégralement un communiqué de Manicomi.

Ils osent !

Lire la suite

19 janvier 2014

Hommage à Trait d'Union

 Hommage à Trait d’Union

J’étais à deux doigts de choisir un autre titre : un moment de concorde.

Cette inauguration du chemin du Trait d’Union, dans le parc du Château, fait partie de ces moments suspendus, hors du monde, comme la démocratie conviviale de Crolles sait en offrir. Ambiance détendue, paysage paisible, la douceur de l’hiver, un sentiment ineffable d’aboutissement. Nouvelle année oblige, les bons vœux fusent. 

Depuis une douzaine d’années, l’association Trait d’Union, dont je suis adhérent fidèle, revendique la création d’un chemin piéton et cyclable dans le parc du Château. Nous en avons rêvé, la municipalité l’a fait.

 

Chemin TU 3.JPG

Dans ses discours, le maire nous épargna toute surprise qui aurait pu nous causer quelque émoi. Fidèle à lui-même, nul ne saurait lui reprocher, il ne put s’empêcher de glisser quelques allusions compréhensibles seulement par de rares initiés et une ou deux insinuations aussi éloignées de la réalité que ses éditoriaux dans le journal municipal. Devant expliquer pourquoi ce chemin si attendu avait tant tardé à être construit, et ne voulant pas s’appesantir sur les condamnations dont les tribunaux (cour d’appel, conseil d’Etat) ont accablé la commune, il n’avait d’autre solution que de dénoncer les vils requérants qui avaient perturbé l’action généreuse de sa municipalité. Il le fit sans violence, gentiment, comme pour laisser le souvenir d’un homme de dialogue. 

Avec ce chemin du trait d’union, Crolles est une des rares communes à honorer une de ses associations avec un nom de voie publique. La Croix Rouge, dont la notoriété dépasse (légèrement) celle de Trait d’Union, n’a droit à un tel hommage qu’à Aulnay sous-Bois et à Marseille.

L’objectivité et la volonté coopérative qui animent le crollois.fr me conduisent à souligner un fait nouveau, un changement bienvenu que seul le départ prochain du maire peut expliquer. Enfin, le voilà faisant preuve d’une prise de recul qu’il faut saluer, d’un sens de l’humour que je n’attendais plus.

Bien sûr, en artiste du double sens, le maire nous servit une explication rocambolesque de ce nom de chemin du trait d’union. Mais, son argumentation philosophique et politique est sincère et je me l’approprie volontiers. Les mots, la langue, sont notre patrimoine commun. Ils n’appartiennent à personne, chacun est responsable de les faire vivre, de les protéger, de les valoriser.

C’est pourquoi, ce trait d’union est symbole de concorde, non seulement entre la rue Mayard et la rue Belledonne, mais surtout entre tous les crollois attachés à leur cité et qui ont le souci de garder le contact, aussi ténu soit-il.

Lire la suite

05 janvier 2014

Les voeux du Crollois

Voeux 2014.jpg