Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 octobre 2014

Prendre de la hauteur

Le Crollois prend de la hauteur ...

Coupe Icare - sept 2014.jpg

photo Sylvain Odier

Dent de Crolles, rassemblement de parapentistes à l'occasion de la coupe Icare 2014.

Le parapente est la quintessence du sport écologique. Ni aménagement, ni trace, ni pollution. Beauté sublime éphémère, toujours renouvelée. Cerise sur le gâteau : le parapentiste pratique volontiers le co-voiturage et l'auto-stop.

Pour l'industriel qui sommeille en vous, sachez que nous avons, à quelques lieues d'ici, dans les Terres Froides, un fabricant de tissu pour voiles de parapentes : Porcher - http://www.porcher-sport.com/fr/

Dans ses usines de La Tour du Pin, Badinières, Le Grand Lemps ... et aussi en Chine, le groupe Porcher - http://www.porcher-ind.com - produit des tissus techniques pour l'automobile, le bâtiment, la voile, le parachutisme ...

Et c'est ainsi que depuis le plateau de Chartreuse, je contemplais la société mondialisée qui vogue et voltige mêlant inextricablement le local et le lointain, les particules fines et la danse éthérée de nos amis volants.

FO

13 septembre 2014

Forum des associations de Crolles

La tradition est bien établie, le premier week-end de septembre se tient le forum des associations de Crolles. Le cru 2014 n'a pas dérogé à la règle : du monde, de la vitalité, la démocratie de la convivialité au mieux de sa forme. Je le dis haut et fort, heureux de rejoindre ici le camp du consensus : les bénévoles peuvent être fiers de leur action, de contribuer à faire vivre ces collectifs dont nous avons tous besoin.

Maintenant, voici quelques échos choisis du forum avec mes commentaires.

Lire la suite

11 août 2014

Les Rapetous en visite chez les Bisounours : citoyens, dormez en paix, tout est tranquille

A ce jour, on dénombrerait -selon des sources autorisées que je m'autorise à celer- 31 11* cambriolages en un mois dans les pavillons crollois.

 

rapetout-684893.jpg

Les visiteurs indésirables interviennent à plusieurs et s'introduisent dans des maisons -même occupées- en n'hésitant pas à attaquer les ferrures des volets au chalumeau -qui est un dromaludaire à deux bosses.

Ne cherchez pas ni dans la presse locale ni sur le site web de Crolles la moindre relation des faits... 

Comme le disait De Gaulle reprenant Verlaine : "la vie est simple et tranquille"

Ici, tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes...

 

bisous-20bisounours.gif

 

Mais ce qu'on a oublié chez les bisounours, c'est que le Professeur Pangloss, sous la plume de Voltaire, terminait cette phrase par un adjectif pourtant incontournable : "possibles".

Les d'jeun's qui fument près des poubelles sont-ils vraiment la pire plaie de la commune ?

A suivre... pour de nouvelles statistiques !

Bon été et... faites surveiller votre maison par vos voisins et réciproquement.

 

Emmanuel Wormser

 

* Erratum (6/9/14) : Monsieur le Maire de Crolles, lecteur assidu du blog, est venu à ma rencontre lors du forum des associations, ce 6 septembre. Il m'a indiqué qu'une grossière erreur s'était glissée dans cet article, le chiffre réel des cambriolages recensés étant 11. Il a ajouté qu'une communication aux crollois serait faite à l'occasion du prochain conseil municipal. Cette correction s'imposait donc.

31 juillet 2014

SOBER menacé de fermeture - les salariés manifestent

De SOBER à Jaurès

C'est la triste histoire d'un site industriel local victime de centralisation, délocalisation, rentabilisation etc. Aujourd'hui, les salariés manifestent au rond-point du Rafour, non loin de leur établissement menacé de fermeture. Ils distribuent un tract qui exprime toute leur colère.

Banderole.jpg

SOBER enterré.jpgCréé en 1981, le laboratoire SOBER, situé à Crolles, rue Jean Monnet, est spécialisé dans la conception et la fabrication de produits orthopédiques, avec une spécialité sur le matériel de secourisme et d'urgence. SOBER est "expert de la traumatologie de montagne". 

Mais en 2011, SOBER est racheté par la société Ormihl-Danet - avec le soutien d'un investisseur. SOBER compte alors 35 salariés. En 2013, nouvelle étape de fusion avec la création du groupe Altéor qui regroupe trois entreprises rhônalpines spécialisées : Ormihl-Danet, Sober et Fag Médical. Le groupe ainsi constitué devient le numéro 2 français de la fabrication de matériel orthopédique, avec 220 collaborateurs sur cinq sites de production à Lyon, Crolles, Bretagne, Paris et Tunisie.

Le 27 juin 2014, c'est le coup de massue pour 23 personnes : "la direction a décidé de fermer le site de Crolles, elle se coupe volontairement un bras en bonne santé".

Alors, je n'ai d'autre issue que d'en appeler à mon tour à Jaurès, récupéré de partout en ce jour d'anniversaire de sa mort.  Oui, s'il est tant et tant récupéré sans vergogne, c'est bien que ses paroles sonnent souvent encore juste pour notre époque.

Jaurès proposait de développer des "formes de propriété" alternatives au capitalisme. Les pays dits "socialistes" (et par exemple la France de 1981, année de création de SOBER) ont appliqué cette doctrine aux grandes sociétés industrielles et bancaires, laissant les PME dans le privé et la jungle libérale. Je me demande s'il n'est pas temps de garder Jaurès, mais de faire évoluer les priorités. Il faut le reconnaître, bien souvent, la production locale n'est pas compétitive au regard d'une concurrence mondialisée. Dès lors, les collectivités territoriales (qui ont compétence en matière économique et devoir moral en matière d'emploi et de cohésion sociale) doivent se mouiller, investir et s'investir pour entraîner avec elles les citoyens dans de nouvelles formes de co-propriété, pour maintenir le contrôle sur une industrie locale absolument nécessaire.

La difficulté, tant pour les citoyens que pour les élus, est de renoncer à un débat binaire se résumant à un choix entre nationalisation / privatisation - pas si éloigné de la peste et du choléra ... Il faut tisser les liens entre investisseurs (par exemple : inviter Goldmann & Sachs et Mme Michu à la brasserie du Loup) et stimuler la diversité des formes de propriété et d'entreprise.

Francis Odier, 31 juillet 2014

 

Fond de pension.jpg

Sources : le Dauphiné Libéré du 11 mars 2013 - - http://www.ledauphine.com/isere-sud/2013/03/07/materiel-o...

Le Monde du 31 juillet 2014, à propos du centenaire de l'assassinat de Jean Jaurès.

27 juillet 2014

Retour sur une discussion avec la direction Transport du Grésivaudan

La ligne 6020 en débat

Nous avions écrit aux élus(*) pour nous inquiéter de l’évolution envisagée pour la ligne 6020 que le Conseil Général de l’Isère voudrait arrêter aux portes de Grenoble, sans aller jusqu’à la gare comme aujourd’hui. Madame Dominique FLANDIN-GRANGET, vice-présidente en charge des transports et déplacements du Grésivaudan, nous a invité, Emmanuel WORMSER et moi, à la rencontrer avec M. COURTINE, directeur des transports.

Voici le compte-rendu de cet entretien du 4 juin 2014.

transports_band.png

 En résumé : Le Grésivaudan « n’est pas arque bouté sur l’existant car il travaille en permanence la restructuration du réseau ». Les réflexions en cours portent principalement sur l’adaptation du réseau aux besoins de déplacement internes (au Grésivaudan), aux correspondances TER et à la création d’un pôle d’échange avec le tram au niveau des Sablons. Sur ce dernier thème, le Grésivaudan co-finance les études avec le SMTC (syndicat des transports en commun de l’agglomération grenobloise).  Par ailleurs, nos interlocuteurs évoquent des idées telles que la reprise de lignes du conseil général (6020 ? Express 1 et 3 ?), la création d’un syndicat unique au niveau de la région grenobloise, le développement de moyens de transports complémentaires tels que le co-voiturage ou l’auto-stop organisé.  Dans le même temps, une étude est en cours sur le prolongement de la ligne Chronos (Grenoble – Meylan, à haute fréquence) jusqu’à Montbonnot – Pré de l’Eau.

Dès lors, le projet du conseil général concernant la ligne 6020 pose surtout « un problème de calendrier » : la restructuration viendrait trop tôt, notamment car le pôle d’échange Sablons ne peut pas être aménagé avant 2015 – 2016.

Pour notre part, nous avons insisté sur l’effet dissuasif des ruptures de charge, sur l’importance des déplacements pendulaires (entre le Grésivaudan et l’agglo), sur la nécessité d’éviter toute frontière technocratique entre les territoires administratifs et sur les conséquences néfastes de ce type de décision opaque et anti-transports en commun sur l’image des institutions et des élus auprès de la population.

Quelques commentaires : A l’évidence, et le contraire eut été étonnant, les responsables Transport du Grésivaudan ont bien conscience que la décision du conseil général serait un recul. A partir de là, nous avons une bouteille à moitié pleine (pour une fois, les élus de la communauté de communes expriment leur désaccord) et à moitié vide (cf l’interview de Francis Gimbert le 31 mai : cette décision n’est pas scandaleuse (…) « il nous est difficile de contester le choix d’une autre AOTU »). Nous progresserons le jour où les élus parleront (encore) plus nettement, sans se brider par des considérations diplomatico-partisanes.

Sur la méthode de la décision unilatérale sans argumentation technique, ni information du public ni concertation, tout le monde est d’accord : c’est le pire de la politique … j’en reste là pour rester poli.

Sur le fond, on ne peut pas conclure comme ça, sur un coin de table, sans faire l’effort collectif d’une étude globale et prospective. J’accepte volontiers le principe des pôles d’échange faisant le lien entre les zones diffuses (le péri-urbain) et la zone dense urbaine. C’est notamment le schéma parisien avec des gares routières aux portes de Paris ou à la Défense. C’est aussi un schéma que l’on retrouve dans la métropole lyonnaise. Mais nos amis parisiens ont aussi des grandes lignes transversales (les RER) qui visent, justement, à limiter les ruptures de charge.

Dans notre cas crollo-grenoblois, la ligne TER Grenoble – Chambéry ne peut absolument pas compenser la réduction de trajet de la 6020 … au moins tant que nous n’avons pas une liaison Crolles – Brignoud digne de nos besoins en déplacements doux …. mais j’aborde là un autre sujet douloureux !

Je remercie nos interlocuteurs du Grésivaudan pour la qualité de cet échange du 4 juin dernier. Et j’invite tous les citoyens du monde à se manifester auprès des élus sur les sujets d’intérêt collectif qui les intéressent.

Francis Odier, 27 juillet 2014

 

(*) : Le maire de Crolles nous a rapidement répondu en nous donnant copie de son courrier du 28 mai 2014 au conseil général, courrier dans lequel il exprime que la municipalité crolloise n’est pas favorable au projet d’évolution. En revanche, pas de nouvelles du conseil général. Le site www.transisere.fr propose les horaires 2013 jusqu’au 31 août 2014 … ensuite … suspense.

DL 31-5-14 sur suppression 6020.pdf

Courrier Maire de Crolles à CG38 sur 6020 - 28 mai 2014.pdf

Notre article du 25 mai 2014 : http://www.lecrollois.fr/archive/2014/05/25/la-ligne-6020-menacee-3006284.html

10 juillet 2014

Comprendre la lutte des intermittents du spectacle

En avant première du concert donné par la chorale Mosaïque à l'Espace Paul Jargot le samedi 28 juin, des collégiens nous ont offert une pièce de leur cru. Ils sont encadrés tout au long de l'année par une comédienne professionnelle, Cécile Lafôret.

Piece 550.jpgAuparavant, elle nous a lu, que dis-je magnifiquement interprété, "un mot au sujet de la lutte des intermittents du spectacle".
Le Crollois a décidé de publier ce magnifique texte dans son intégralité.

Lire la suite

20 juin 2014

Compte-rendu officiel samedi Citoyen 7 juin

Chose promise, chose due, voici le compte-rendu que transmet ce jour la mairie aux participants à l'atelier du 7 juin sur le thème Information - Communication - Participation.

Compte-rendu non exhaustif (c'est l'usage), mais fidèle pour l'essentiel.

Ce compte-rendu est un recueil d'idées et, surtout, de thèmes pour lesquels la réflexion est à poursuivre. Il appartient à chacun de s'en emparer pour participer à la vie commune.

samedi citoyen 7 juin_vg_pl.pdf

L'important, c'est de participer.

FO

 

14 juin 2014

Mobilisation municipale pour le maintien de la ligne 6020

La mobilisation pour la défense de la ligne 6020 se poursuit.

En réponse à mon message du 24 mai, le Maire de Crolles m'adresse copie du courrier adressé au Conseil Général de l'Isère. Courrier Maire de Crolles à CG38 sur 6020 - 28 mai 2014.pdf

Le Maire rappelle la mobilisation de l'ADTC et des élus concernés en 2013 et, fort habilement, demande quelles sont les mesures de concertation mises en œuvre sur le sujet et les éventuelles études d'impact qui ont conduit à cette décision.

Le Maire informe (le conseil général) que la municipalité crolloise n'est pas favorable à la restructuration envisagée.

Il faut féliciter et soutenir la nouvelle municipalité pour cette prise de position très explicite.

Sur le même sujet, nous avons rencontré le 4 juin dernier, à leur invitation, la vice-présidente Déplacements et le directeur Transport du Grésivaudan. Nous publierons dès que possible le compte-rendu de cet entretien fort intéressant.

Affaire à suivre. Ne lâchez rien. Nous serons vigilants.

Francis Odier

Pour mémoire : http://www.lecrollois.fr/archive/2014/05/25/la-ligne-6020-menacee-3006284.html 

07 juin 2014

Compte-rendu Samedi citoyen - 7 juin 2014

L’invitation était tardive et discrète dans le journal municipal. Mais, le sujet annoncé est au cœur de la vocation du crollois.fr : la communication, la participation. Il fallait en être. En voici le compte-rendu.

Annonce samedi citoyen 7 juin 2014.png

Les participants sont 9 élus et une vingtaine d’habitants conviés au hasard par téléphone. Cette invitation au hasard de personnes qu’ « on ne voit jamais dans les réunions » est la principale innovation du jour. C’est un succès. Les participants témoignent de leur satisfaction à avoir été sollicité et la plupart s’expriment volontiers. Tout le monde note la présence, inattendue en ce type d’événement, d’une jeune fille de 19 ans. Il y a aussi un homme de quarante ans. Les autres sont plutôt quinquagénaires ou retraités expérimentés.

Je repère aussi 6 personnes que l’on peut qualifier de « toujours les mêmes », à savoir des crollois qui n’ont pas été personnellement invités mais qui sont suffisamment attentifs à la vie de la commune pour être venu spontanément (j’appartiens à cette catégorie).

La matinée se déroule ainsi :

  • brève introduction du maire,

  • présentation synthétique par la première adjointe de deux planches sur « ce qui existe » en matière d’information – communication, et de concertation – participation.

  • tour de table pour que chacun donne 2 ou 3 idées sur « ce qui marche », « ce qui ne marche pas ou qu’il faudrait améliorer »

  • séparation en 3 groupes : concertation & participation ; nouveaux supports de communication / information ; les niveaux de participation (de la proximité à l’exécutif) ;

  • synthèse – mise en commun.

 A titre personnel, voici en substance ce que j’ai dit :

  • ce qui marche : l’information descendante (de la municipalité), l’annonce des événements, l’information visuelle (les images), les réunions des commissions spécialisées (exemple : la commission sur la plaine) pour ceux qui y participent ;

  • ce qui manque et qu’il faudrait ajouter ou améliorer : l’information sur les dossiers,  l’information ascendante et transversale, les avis des commissions et leur diffusion.

Sur l’ambiance et mon impression générale : une réunion sympa, assez bien animée, la parole circule, même si certains ont du mal à se limiter et à adapter leur temps de parole à l’effectif de l’assemblée.  A l’évidence, pour dire les choses simplement : les gens ont besoin de parler.

Sur le contenu : Un consensus sur la qualité du journal municipal et du site internet et sur l’intérêt des panneaux d’affichage lumineux. Un bravo unanime au principe du tirage au sort pour inviter personnellement des habitants. Les critiques les plus partagées portent sur le manque de lisibilité des compte-rendus du conseil municipal, le manque de réunions de quartiers, l’organisation et l’utilité des réunions de concertation, les Etats Généraux devenus des réunions d’information. Une perplexité commune s’exprime sur la place des jeunes (comment les toucher ?), sur les horaires des réunions (aucun horaire ne convient à tout le monde ….).

Au fil de l’eau, je relève quelques sujets effleurés et qui restent à discuter (absence de compréhension commune des enjeux, tenants et aboutissants) : la notion de représentativité, les processus de décision (avec un débat autour du référendum local dont le Maire ne veut pas), les interactions avec les dispositifs représentatifs institutionnels (quelle place pour les élus, majoritaires, minoritaires, dans la concertation et l’information ?), l’articulation entre les préoccupations individuelles et l’intérêt collectif.

Au final, peu de surprise – sauf en fin de réunion (il faut du temps pour que les esprits deviennent pleinement productifs). Mais les participants sont heureux d’avoir participé et il est toujours utile de se dire et redire les choses. La démocratie, comme la pédagogie, est affaire de répétition.

Une surprise cependant, une déception : je crains d’avoir entendu l’annonce de l’enterrement des Etats Généraux. Les élus de la majorité, Monsieur le Maire en tête, ont convenu que les Etats Généraux, nés à une époque où la population était bien moindre, sont devenus une réunion d’information. C’est un constat, nous sommes d’accord là-dessus (cf mes bilans du mandat et autres articles dans le crollois.fr). Ensuite, les propositions divergent. Le Maire voudrait acter cette évolution (« il faut le dire »), alors que certains (dont je suis) rappellent qu’on peut organiser un débat avec une grande assemblée. A suivre.

 J’en viens maintenant à deux idées neuves, deux propositions finales dont l’application marquerait vraiment une rupture dans la participation.

 « Aller là où les gens sont » (et ne pas chercher à attirer les gens dans des lieux institutionnels). En réalité, même si la commune peine à organiser la concertation, il existe des forums naturels. Les habitants se rencontrent et se parlent à la bibliothèque, au skate park, au marché … La proposition est d’insérer la concertation dans ces « lieux naturels » d’échanges entre habitants.

Mais la perle de la réunion est cet étonnement judicieux et subtil : « nous n’avons parlé que de la participation par la parole. Mais il existe d’autres moyens. Dans (telle commune), tous les week-ends des habitants travaillent sur les chemins, construisent …. ».

Enfin, sortons de l’abstrait, entrons dans l’action. Je pense aussi aux approches de science citoyenne, à la main à la pâte …. Il y a là un champ immense de participation. J’ai une conviction très ancienne qui vient de mon expérience associative, des P’tits Lutins au scoutisme, en passant par la montagne et ma paroisse  : ceux qui s’expriment sont ceux qui agissent, l’action nourrit la réflexion.

logo j aime crolles - petit.jpgUn levier concret serait de de-professionnaliser certains domaines, de renforcer le rôle des bénévoles. Imaginez un journal municipal dans lequel des bénévoles écriraient ! Imaginez des Etats Généraux organisés par des parents d’élève qui ont passé ensemble trois week-ends à repeindre des salles de classe ! Imaginez le bonheur de la simplicité et de la gratuité retrouvées avec une participation citoyenne tout azimut !

Pour conclure, je m’adresse à l’auteur (il se reconnaîtra) de ces idées rafraichissantes : camarade, toi qui a été invité par surprise, merci pour tout et reviens donc !

Francis Odier, 7 juin 2014

 

Nb : un compte-rendu officiel devrait être diffusé prochainement aux participants et, sans doute, sur le site web de la commune. Je le publierai aussi sur le crollois.fr dès que possible. Vous y trouverez notamment ce qui a été repris collectivement en synthèse de la réunion.

29 mai 2014

Mes notes du Conseil Municipal du 23 Mai 2014 à Crolles

Voici Mes notes sur le dernier Conseil Municipal de Crolles en date du Vendredi 23 Mai 2014.

dessin conseil.jpg

Elles n'ont pas valeur de compte-rendu. Elles veulent simplement exprimer le déroulement partiel du conseil municipal.

Le simple citoyen que je suis ne dispose d'aucun document préparatoire, hormis l'ordre du jour.

Ces notes, brutes de décoffrage... se trouvent ici  CR CM Crolles 23 Mai 2014.PDF

JP Chollet